François Néashit de retour au pouvoir à Wemotacti

Le chef de Wemotaci, François Néashit.... (Photo: Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le chef de Wemotaci, François Néashit.

Photo: Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste

(La Tuque) Il aura fallu un deuxième tour pour élire un chef à Wemotaci, mais le résultat est sans équivoque. François Néashit a défait David Boivin en récoltant près de 64 % des voix. Le taux de participation a été légèrement plus faible qu'au premier tour. C'est aux alentours de 55 % de la population qui s'est prononcée.

Il s'agit d'un retour pour M. Néashit, lui qui a déjà effectué deux autres mandats dans le passé. Son dernier mandat s'était terminé en 1999. Il avait souligné son intention de se retirer de la politique, mais il a senti qu'un besoin de changement était grandissant. «À force de rencontrer les gens, j'ai senti un besoin de changer les choses. À l'époque quand j'étais chef, les choses allaient différemment. Peut-être pas mieux, mais différemment, j'avais une façon de faire différente. Au bout d'un certain temps, après en avoir discuté avec ma famille, j'ai décidé de tenter ma chance et ça s'est bien passé», a souligné le François Néashit.

Ce dernier s'est dit très content du résultat, mais il a surtout hâte de se mettre au travail avec les conseillers qui ont été élus, c'est-à-dire Guy Laloche, Viviane Chilton, Lisanne Petiquay, Jean Pierre Petiquay, Alexandra Awashish et Alfred Biroté.

«Je pense qu'on va être une équipe très dynamique. J'en ai rencontré déjà quelques-uns durant les derniers jours»

Plusieurs dossiers sont déjà sur la table, notamment en ce qui concerne l'emploi, le logement, l'éducation et l'accès au territoire. Le nouveau chef promet d'être transparent. «Je compte sur la participation des gens. Je veux les faire participer aux décisions. Un de mes slogans était la responsabilité. La responsabilité, c'est à tous les niveaux, de la responsabilité de soi jusqu'à la responsabilité collective de la communauté», a mentionné le chef.

Quant aux projets de Manouane Sipi, le chef Néashit estime que c'est un dossier qui a évolué. Il estime être prêt à continuer les démarches. «Premièrement, ce sont les démarches auprès de la population ici à Wemotaci pour voir s'ils sont d'accord à ce que ce projet-là aboutisse et au niveau de la nation aussi», a fait savoir M. Néashit.

Ce dernier a tenu à remercier les membres de la communauté qui se sont intéressés à la campagne électorale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer