Le ministre Lessard à La Tuque: peu question du dossier de Produits forestiers Mauricie

Le ministre des Forêts, de la Faune et... (Photo: Audrey Tremblay, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs,  Laurent Lessard (au centre) a lancé sa tournée «Faire +» à La Tuque, hier. Il était accompagné de la députée de Laviolette, Julie Boulet, et du ministre délégué aux PME, à l'Allègement réglementaire et au Développement économique régional et ministre responsable de la région de la Mauricie, Jean-Denis Girard.

Photo: Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste

(LA TUQUE) Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Laurent Lessard, était de passage à La Tuque, lundi, pour lancer une tournée du Québec. Les élus de la région en ont profité pour aller à sa rencontre. Il a toutefois été très peu question du dossier de Produits forestiers Mauricie (PFM) concernant la modernisation de 8 millions $ de l'usine de Rivière-aux-Rats, qui n'est toujours pas réglé.

«Il nous a parlé de la rencontre qu'il y a eu cet après-midi et de la tournée provinciale. Rien de concret pour ce qui est de Rivière-aux-Rats, malheureusement. [...] On en a parlé, mais il n'a pas ouvert la machine. Ce n'est pas avec nous qu'il doit en discuter, mais je lui ai fait comprendre que la Mauricie avait souffert considérablement de l'état de la forêt. On pousse pour Rivière-aux-Rats sans vouloir nuire aux autres usines, mais il ne faut pas oublier que 75 % de la forêt vient de notre territoire en Haute-Mauricie», soutient le maire de La Tuque Normand Beaudoin.

Le directeur général de la Coopérative forestière du Haut Saint-Maurice, Claude Dupuis, a confirmé que son dossier n'était pas à l'ordre, mais qu'il en avait été question par la bande. «Il n'a pas été question de notre dossier proprement dit, par contre il a été question des VNR (volumes de bois non récoltés) et de la manière d'attribuer ces bois-là, donc indirectement on en a parlé», a affirmé M. Dupuis.

Le ministre pour sa part a souligné une fois de plus la question d'équité et que les discussions étaient en cours. Les analyses qui ont découlé de la rencontre avec PFM ne sont pas terminées, mais le ministre estime être en mesure de conclure prochainement sur le dossier. «On va faire des augmentations de volume pour à peu près toutes les entreprises dans le coin. Ils en ont tous besoin [...] Ça va être bon pour la région qu'on redonne le bois et on cherche à aller chercher l'investissement avec Résolu. On est là-dessus et on n'a pas terminé», a lancé le ministre Lessard.

«On pense qu'il faut avoir la meilleure information sur la disponibilité du bois pour avoir la meilleure décision sur l'impact économique. C'est certain qu'on demande aussi a Résolu de s'étirer un peu le cou», a-t-il ajouté.

Pas loin derrière, le Syndicat des producteurs de bois de la Mauricie (SPBM) lève la main pour vendre son bois. «On a fait part de nos intentions. On a du bois, mais on n'a pas de débouché parce qu'on n'a pas de prix. [...] J'ai soumis au ministre d'offrir 100 000 mètres cubes et que le reste soit pris dans la forêt privée. S'ils veulent mettre le prix, on est prêt», a souligné Claude Gagnon, vice-président du SPBM.

D'ailleurs, on ne se cache pas qu'ils pourraient faire partie d'une éventuelle solution. «Ça pourrait être une solution. On sait qu'on a une possibilité forestière dans la forêt privée d'environ 1,1 million de mètres cubes, et qu'à l'heure actuelle on n'en prend que 10 % pour les industriels. Maintenant, quand on veut investir 8 millions $, on aime avoir une garantie. Alors c'est vrai qu'on peut l'acheter, mais on n'est jamais certain de l'avoir d'une année à l'autre», a affirmé la députée de Laviolette, Julie Boulet.

Le ministre Lessard ne s'est d'ailleurs pas gêné pour retourner la question aux producteurs et aux entreprises. «Aux industriels, comment se fait-il que vous ne preniez pas plus de bois de la forêt privée et à ceux qui sont détenteurs de forêt privée, comment ça qu'on n'a pas de meilleure livraison sur une base continue?», s'est-il interrogé.

À ce sujet, le dg de la Coopérative forestière du Haut Saint-Maurice est formel: c'est un tout autre dossier.

Quant à la transaction entre Kruger et Remabec, on peut lire entre les lignes qu'elle est imminente. «On sait qu'il y a une transaction qui est en train de se travailler entre Remabec et Kruger. Si jamais Remabec se porte acquéreur, ils ont aussi des projets de modernisation, peut-être d'agrandissement et ils auront besoin de bois éventuellement pour procéder», a mentionné Julie Boulet.

«Si quelqu'un veut l'acheter pour l'exploiter, il recevra la bénédiction du ministre», s'est contenté de dire le ministre.

Tournée «Faire +»

La tournée «Faire +» permettra au ministre de rencontrer les principaux acteurs régionaux concernés par la gestion et la mise en valeur de la forêt publique, de la forêt privée et de la faune et de ses habitats dans une dizaine de régions du Québec.

L'objectif de cette tournée est d'échanger sur les enjeux régionaux, de trouver de nouvelles façons de faire et de recueillir les commentaires et suggestions des acteurs forestiers et fauniques sur des sujets qui les concernent directement. «Le message a été positif. Les gens sont mobilisés. Ils sont sécurisés aussi du fait qu'on a annoncé 450 millions $ pour les travaux sylvicoles», a conclu le ministre Lessard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer