Les Latuquois assureront eux-mêmes la relève du transport intermunicipal

L'abandon du trajet entre La Tuque et Trois-Rivières... (PHOTO SYLVAIN MAYER, ARCHIVES LE NOUVELLISTE)

Agrandir

L'abandon du trajet entre La Tuque et Trois-Rivières par Orléans Express force les Latuquois à se mobiliser pour trouver des solutions.

PHOTO SYLVAIN MAYER, ARCHIVES LE NOUVELLISTE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste

(La Tuque) Les utilisateurs du service de transport en commun seront contents d'apprendre que la Corporation de transport collectif Autono-Bus assurera un service de transport intermunicipal entre La Tuque, Mékinac, Shawinigan et Trois-Rivières. Il s'agit d'un projet pilote, il sera évalué après la première année d'activité.

«Le ministère du Transport va verser une subvention à Ville de La Tuque d'un montant de 140 000 $ qui assumera 100 % de la desserte. La Ville se trouve à transférer cette entente-là avec Autono-Bus qui est déjà mandaté sur le territoire pour assurer le service de transport collectif», a expliqué le directeur général, Marco Lethiecq, lors de l'assemblée du Conseil, mardi.

Le service sera offert quatre fois semaine au coût «le plus minime possible». Les embarquements et les débarquements se feront à la gare de La Tuque. On souhaite également que le service soit offert au même moment où les services d'Orléans Express prendront fin, c'est-à-dire le 18 janvier prochain.

«Il est encore un peu tôt pour s'avancer sur le fonctionnement. Les journées exactes, les heures, le prix ne sont pas définis encore [...] On ne voudrait pas qu'il y ait de coupures de services, mais comme on sait que c'est pour le 18 janvier, on se questionne encore à savoir si on va être prêt. Par contre, s'il y a une coupure, elle ne sera pas longue», a affirmé Caroline Blais, directrice générale de la Corporation.

Un comité formé entre autres par le CLD, la SADC, Ville de La Tuque et le transport collectif s'était rapidement mis au travail à la suite de la décision rendue par la Commission des Transports du Québec (CTQ). Cette dernière avait accepté les demandes de modification de la compagnie Orléans Express, qui incluait l'abolition du trajet entre La Tuque et Trois-Rivières.

«On s'est mis à la recherche de solutions. [...] On est allé en appel d'offres et c'est Autobus Chevrette qui a été retenu. À partir de là, il fallait demander du financement et c'est ce que le conseil a fait», a expliqué le conseiller municipal, André Mercier, qui a été mandaté par le Conseil pour siéger sur le comité.

«Les gens se sont pris en main rapidement dans le Haut Saint-Maurice. Le ministère des Transports a insisté pour que ça se règle vite également. Ils nous ont aidés. Le ministre Robert Poëti lui-même s'est impliqué», a-t-il ajouté.

D'ailleurs, tout le processus s'est mis en branle à la suite d'une rencontre entre le maire et le ministre Poëti, il y a quelques semaines.

«Je lui ai demandé de faciliter les tâches de ceux qui travaillaient dans le dossier. [...] Les gens ont fait affaires directement avec le sous-ministre», a confirmé le maire de La Tuque, Normand Beaudoin.

Le ministre des Transports, Robert Poëti, sera d'ailleurs à Trois-Rivières aujourd'hui en compagnie du ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises, à l'Allègement réglementaire et au Développement économique régional et ministre responsable de la région de la Mauricie, Jean-Denis Girard, pour faire une annonce concernant le transport interurbain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer