460 000 $ à la veille du budget de la Ville de La Tuque

La députée de Laviolette, Julie Boulet, a annoncé... (Photo: Audrey Tremblay)

Agrandir

La députée de Laviolette, Julie Boulet, a annoncé officiellement que la facture de La Tuque serait réduite de 460 000 $. Elle est en compagnie du maire Normand Beaudoin.

Photo: Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste

(La Tuque) La rencontre qu'a exigée le maire de La Tuque avec le ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, Pierre Moreau, après avoir appris les compressions de 1,3 million $ qui touchaient sa municipalité, a finalement porté fruit. Normand Beaudoin a vu la somme diminuée de 460 000 $. La députée de Laviolette, Julie Boulet en a fait l'annonce officielle, mardi.

«Les 1,3 M$ représentaient 3,3 % de coupure dans le budget, comparativement à la moyenne de 1,2 % des municipalités. Je pense que c'était un montant significatif par rapport au budget de la Ville, alors on a demandé une rencontre avec le ministre Moreau. Il était conscient de cette problématique-là, et il a consenti à diminuer la somme. Il a plafonné la déduction sur les appareils antipollution. Il a plafonné la diminution à 0,8 % ce qui donnait une réduction de la facture de 460 000 $», a expliqué Mme Boulet.

Les compressions budgétaires seront donc de l'ordre de 840 000 $ pour la Ville de La Tuque, qui s'apprête à présenter aujourd'hui son budget à la population.

Une bonne nouvelle qui devrait se refléter dans le budget aux dires du maire Beaudoin.

«Ça va être un bon budget dans les circonstances. L'aide de M. Moreau et la collaboration de Julie, font en sorte qu'on va être capable d'avoir un beau budget à présenter à la population. [...] M. Moreau a été très ouvert et la réponse a été très rapide», a mentionné le maire de La Tuque, Normand Beaudoin.

Les restrictions budgétaires n'atteindront toutefois le projet de minicentrale Manouane Sipi, qui affirme-t-on fermement, n'est pas du tout menacé. La députée de Laviolette va même jusqu'à dire que le dossier est en mode accéléré. Elle a quand même tenu à rappeler que les échéanciers ne dépendent pas exclusivement du gouvernement, et que le processus est «beaucoup plus complexe»

Les Atkimekws de Wemotaci ont également lancé la possibilité de joindre les communautés d'Opitciwan et de Manawan au projet.

«Le ministre leur a dit que c'est 50 % pour les autochtones, et 50 % pour la Ville de La Tuque. Maintenant, s'ils veulent le partager en trois, c'est libre à eux», a expliqué Julie Boulet.

«On serait à la veille de se connecter si le projet n'avait pas été abandonné. [...]

Manouane Sipi, c'est un projet important qu'on fait pour les autres. On va laisser ça pour les générations futures», a conclu M. Beaudoin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer