Décès d'un travailleur forestier: méthode de travail dangereuse, selon la CSST

Deux causes ont été ciblées par l'enquête de... (PHOTO D'ARCHIVES)

Agrandir

Deux causes ont été ciblées par l'enquête de la CSST pour expliquer l'accident ayant coûté la vie à Sylvain Gagné, conducteur de débardeur pour la Coopérative forestière de la Nord-Côtière.

PHOTO D'ARCHIVES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) a rendu publiques les conclusions de son enquête sur la mort d'un travailleur forestier de 56 ans décédé à la suite d'un accident de travail le 31 mai dernier, dans le secteur du barrage Rapides-des-Coeurs, à La Tuque.

 Sylvain Gagné, conducteur de débardeur pour la Coopérative forestière de la Nord-Côtière, a perdu la vie, frappé par un arbre qu'il poussait à l'aide de la pelle de son véhicule. Parmi les causes à l'origine de l'accident, la CSST souligne la méthode dangereuse de dégagement d'un arbre au sol à l'aide d'un débardeur.

Deux causes ont été ciblées par l'enquête de la CSST pour expliquer l'accident mortel. D'abord, la méthode de travail dangereuse. Un enseignant à l'École Forestière de La Tuque explique dans le rapport que le fait de pousser un arbre couché et enraciné est très dangereux en raison de l'arc important qui peut se former dans l'arbre et les risques de projection.

La deuxième cause retenue de l'accident est la gestion de la santé et de la sécurité du travail déficiente. On souligne dans le rapport qu'«aucune consigne de sécurité n'avait été donnée au conducteur afin de lui permettre de manoeuvrer son véhicule de façon sécuritaire lorsqu'il trouvait des obstacles dans son aire de travail.»

La CSST a d'ailleurs demandé à l'employeur, la Coopérative Forestière de la Nord-Côtière, de préciser par écrit les consignes de sécurité applicables lorsque des obstacles se trouvent dans l'aire de travail, notamment lors des opérations de scarifiage, et d'en informer tous ses conducteurs de machinerie forestière.

Rappelons que, le jour de l'accident, le travailleur effectuait des opérations de scarifiage d'un terrain en forêt, dans le secteur Langevin près du barrage Rapides-des-Coeurs qui se trouve à environ 30 kilomètres du km 60 de la route forestière 25 au nord de La Tuque.

Durant les opérations, l'homme de 56 ans, originaire de la Côte-Nord, a vu un arbre couché au sol sur son parcours. Il a décidé de pousser de front la cime de l'arbre, à l'aide de la pelle du débardeur qu'il conduisait, pour libérer l'aire de travail.

Pendant le dégagement, la cime de l'arbre a glissé et a quitté la pelle du débardeur. Avec le déplacement du débardeur, l'arbre a fracassé l'écran de protection avant de la cabine du conducteur et s'y est introduit pour en ressortir par plus de 4 mètres à l'arrière. Le travailleur a été frappé mortellement par l'arbre.

Rappelons qu'entre 2009 et 2013, 19 travailleurs du secteur «forêt et scieries» ont perdu la vie au Québec.

La CSST présentera le rapport au Comité paritaire de prévention du secteur forêt, afin que ses membres patronaux et syndicaux puissent transmettre l'information aux associations qu'ils représentent.

De plus, dans le cadre de son partenariat avec la CSST visant l'intégration de la santé et de la sécurité du travail dans la formation professionnelle et technique, le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport diffusera, à titre informatif et à des fins pédagogiques, le rapport d'enquête dans les établissements de formation qui offrent les programmes d'études Abattage manuel et débardage forestier, Aménagement de la forêt et Travail sylvicole.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer