Pacte fiscal: 1,3 M$ en moins dans les coffres de La Tuque

Normand Beaudoin, maire de La Tuque.... (Photo: Audrey Tremblay, Le Nouvelliste)

Agrandir

Normand Beaudoin, maire de La Tuque.

Photo: Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste

(La Tuque) Le nouveau pacte fiscal entre les municipalités et le gouvernement Couillard a été bien mal reçu par plusieurs maires de la province, et le maire de La Tuque ne fait pas exception. Normand Beaudoin, s'est dit très désappointé devant les compressions de 1,3 million de dollars qui touchent sa municipalité.

«Qu'est-ce qu'on va faire? Ils nous ont coupé 1,3 million $ de dollars sur un budget de 27 millions $. Ça fait très mal et on ne peut pas laisser passer ça sans rien dire. Il va falloir faire des sacrifices. Est-ce qu'on augmente les taxes ou est-ce qu'on diminue dans les services? C'est la grande question que le conseil va se poser. On se la posait déjà un peu quand même, parce qu'on s'en attendait, on n'est pas fou.»

La surprise a toutefois été grande pour l'administration municipale. Après avoir appris que le ministère des Transports couperait dans l'aide financière versée pour l'entretien de la route forestière R-0450 (route 10), qui est la route d'accès aux secteurs de Parent et Clova, les élus ont appris que le nouveau pacte fiscal aura un impact beaucoup plus important que ce qui était anticipé sur le prochain budget la Ville.

«Je comprends que les villes doivent faire leur effort et j'aurais pu vivre avec la perte de 350 000 $, comme doivent le vivre toutes les municipalités. Ce qui nous fait le plus mal et que personne n'avait vu venir, c'est qu'en plus du 350 000 $ d'effort qu'il nous demande, le gouvernement du Québec nous enlève la compensation de 723 000 $ que nous recevions parce que nous ne pouvons pas taxer les équipements antipollution de l'usine RockTenn. Cela est inacceptable», soutient le maire de La Tuque, Normand Beaudoin.

Ce dernier a demandé l'aide et l'appui de la députée Julie Boulet dans le dossier. Il devrait d'ailleurs rencontrer le ministre des Affaires municipales Pierre Moreau prochainement pour discuter de la situation. Le maire Beaudoin espère convaincre le gouvernement du Québec de modifier sa position ou de compenser autrement la municipalité.

«On va travailler des projets comme Manouane Sipi et la rivière Saint-Maurice. On espère que le gouvernement va nous donner un petit coup de pouce avec Hydro-Québec par exemple.»

Le conseil municipal de La Tuque aura d'importants choix à faire en prévision de l'adoption du budget 2015 dans lequel les élus devront également jongler avec une hausse importante du nouveau rôle d'évaluation.

Le maire Beaudoin déplore que le traitement réservé aux municipalités «est inégal» dans le resserrement des dépenses publiques. «On demande à de petites municipalités comme la nôtre des efforts beaucoup trop grands. Avant même ces coupes, la pression sur nos finances est déjà énorme compte tenu de la grandeur du territoire que nous avons à couvrir, du petit nombre de contribuables que nous avons et du coût que nous devons assumer seuls pour certains services parce que nous n'avons pas de grandes villes voisines assez proches pour nous aider. Encore une fois, il va falloir faire appel à notre sens de l'innovation et à notre imagination. Malheureusement, malgré toute notre bonne volonté, ça va faire mal, sauf si le gouvernement trouve un moyen de nous aider autrement.»

Quant à l'option d'aller piger les surplus, elle a vite été écartée par le maire. «Ce n'est pas pour rien qu'on se met une réserve, ce n'est pas pour avoir l'air gras. La réserve de 2M $ c'est en cas de coup dur. On a juste à se souvenir de l'évacuation des Atikamekws, les inondations, etc. On avait cet argent-là.»

Si certains maires de la région ont envisagé de claquer la porte de l'UMQ, Normand Beaudoin, lui, pense autrement.

«L'UMQ a signé l'accord sans vraiment nous consulter. Par contre, l'UMQ donne d'autres services. Je ne suis pas prêt à jeter la serviette sur l'UMQ ou la FQM. Il faut continuer de travailler ensemble, je crois», a conclu M. Beaudoin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer