Jean-Paul Muir reçoit la médaille de bravoure

Jean-Paul Muir était très heureux de recevoir la... (Photo: Courtoisie)

Agrandir

Jean-Paul Muir était très heureux de recevoir la médaille de la bravoure.

Photo: Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Le courage exceptionnel d'un résident de La Bostonnais a été souligné, vendredi, lors d'une cérémonie de remise de distinctions honorifiques canadiennes. Jean-Paul Muir a reçu la médaille de la bravoure pour avoir sauvé la vie d'une fillette lors d'un accident d'avion.

«C'est vraiment agréable de recevoir ça avec plein d'autres gens qui ont fait des choses extraordinaires, mais ça fait aussi remonter les émotions», lance d'entrée de jeu Jean-Paul Muir.

Le 18 juillet 2011, M. Muir a secouru une fillette qui était prisonnière d'un avion submergé, à La Bostonnais. Après avoir aperçu l'avion s'écraser dans la rivière près de chez lui, il a nagé vers l'épave, en dépit du fort courant. Il a réanimé la petite fille, lui a prodigué les premiers soins et est demeuré avec elle jusqu'à l'arrivée des secours.

«C'est une grande fierté, et c'est un grand succès de savoir que la petite est en santé aujourd'hui. Qu'elle ait toute sa tête, tous ses membres c'est quelque chose qui fait du bien en dépit du décès de son cousin dans l'accident», souligne-t-il.

Le héros n'a toutefois pas fait savoir à la jeune fille qu'il allait recevoir un tel honneur. «On est en contact et on se parle de temps à autre, mais je ne lui ai pas mentionné que j'allais recevoir cette médaille-là pour ne pas lui remémorer le tragique événement. C'est encore difficile pour elle aujourd'hui, elle est encore affectée. Elle va sûrement voir des photos sur Facebook, mais on ne voulait pas spécifier cet événement-là pour elle», précise M. Muir

Il ne s'agit pas du premier honneur pour l'homme de La Bostonnais. Il a aussi reçu un certificat or de sauvetage de l'Ambulance Saint-Jean des mains du lieutenant-gouverneur du Québec pour le même événement.

Rappelons que le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST), dans son rapport d'enquête sur l'accident, avait sévèrement blâmé l'entreprise Air Tamarac et le pilote qui conduisait le Cessna A185E. Le jeune Luca Glanzmann âgé de 8 ans avait trouvé la mort sous les yeux de ses parents dans l'accident

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer