Blocus en Haute-Mauricie: Québec demande un délai supplémentaire

Québec demande un délai supplémentaire dans le dossier...

Agrandir

Québec demande un délai supplémentaire dans le dossier la gestion du territoire ancestral atikamekw.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Audrey Tremblay
Le Nouvelliste

(La Tuque) L'entente qui avait mis fin au blocus forestier en Haute-Mauricie l'été dernier est arrivée à échéance dimanche dernier. Puisqu'aucun accord n'est survenu entre les deux parties, le gouvernement du Québec a demandé aux trois communautés atikamekws de repousser de trois mois la date butoir pour poursuivre les négociations.

Depuis juillet 2012, des négociations bilatérales entre le Québec et les Atikamekws sont menées afin d'établir une nouvelle relation de nation à nation, ainsi que de clarifier les règles concernant la gestion du territoire ancestral atikamekw (Nitaskinan) et des ressources naturelles qui s'y trouvent.

«L'échéance était pour le

21 juillet, mais comme nous ne sommes pas encore arrivés à une solution mutuellement satisfaisante, nous avons demandé un report de la date. Les chefs nous ont informés, hier (dimanche), qu'ils étaient favorables au report de l'échéance, mais ils doivent obtenir une résolution de leur conseil respectif d'ici vendredi prochain», a souligné

la ministre déléguée aux

Affaires autochtones, Élizabeth Larouche.

Du côté des communautés atikamekws, l'impatience commence à se faire sentir.

«Nous avions déjà ciblé des dates antérieurement, le 31 mai, le 20 juin, le 21 juillet. Les conseils devront décider si on continue de négocier ou pas. [...] On a envoyé une correspondance au gouvernement afin de maintenir le contact avec eux. On va faire le bilan cette semaine et décider si on continue la négociation. Par la suite, on va répondre à la demande du délai de trois mois, on ne pouvait pas donner de réponse

hier (dimanche)», a fait savoir le chef d'Opitciwan, Christian Awashish.

Celui-ci affirme que les réponses concernant les enjeux importants tardent à venir.

«C'est stagnant. C'est le sentiment que j'ai. Le 21 juillet était une date importante et nous n'avons toujours pas de réponses aux principaux enjeux de la négociation. Je ne comprends pas comment ça fonctionne au

sein du gouvernement. On se demande si les enjeux sont trop complexes et s'ils ne veulent pas y répondre.»

Pendant ce temps, la grogne commence à monter dans les communautés et la menace de moyens de pression plus draconiens comme les blocus de l'été dernier se fait de plus en plus sentir.

«Ce sont déjà des choses qui se véhiculent parmi nos membres. C'est davantage du côté de Wemotaci, mais les gens de ma communauté commencent également à en parler. Les gens de nos communautés sont

tannés, ils veulent avoir des résultats».

«Est-ce que Québec n'est pas en mesure de nous donner des réponses ou est-ce que Québec ne veut tout simplement pas nous donner de réponses aux principaux points, notamment sur les redevances et l'accès au volume de bois? On ne sait pas s'il y a une réelle volonté de

Québec à répondre à nos principaux enjeux», ajoute le chef Awashish.

Malgré tout, la ministre déléguée aux Affaires autochtones, Élizabeth Larouche, demeure confiante d'en arriver à une entente aux termes de ces trois mois supplémentaires.

«La discussion n'est pas tendue. Nous sommes en contact régulièrement. Je suis très confiante, le dialogue se poursuit et je continue personnellement à parler avec les chefs. Je suis l'évolution du dossier et je suis très confiante que nous allons en arriver à une entente. [...] Nous on a déposé une proposition, qu'ils ont reçue et étudiée. Nous avons fait une offre la semaine dernière. Cette entente, elle est importante pour les deux parties», lance Mme Larouche.

La ministre Larouche affirme également qu'il est important de ne pas précipiter les choses et que le gouvernement veut prendre son temps pour trouver

des résultats qui vont assurer une relation prospère entre les nations.

Les assemblées des communautés atikamekws de Wemotaci, Opticiwan et de Manawan devraient avoir lieu au courant de la semaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer