Souvenir, fierté et bonheur pour la famille Lacroix

Julien Lacroix pose fièrement avec la médaille de... (Photo: Audrey Tremblay)

Agrandir

Julien Lacroix pose fièrement avec la médaille de l'Assemblée nationale, devant le présentoir destiné aux distinctions et souvenirs de son grand-oncle, le soldat Aimé Lacroix.

Photo: Audrey Tremblay

Partager

Audrey Tremblay
Le Nouvelliste

(La Tuque) Le jour du Souvenir est une journée bien spéciale pour plusieurs, mais ce 11 novembre 2012 l'a été davantage pour une famille latuquoise. Un des membres de la famille, le soldat Aimé Lacroix, a été décoré de la médaille de l'Assemblée nationale comme ancien combattant autochtone tué en Angleterre en 1916 lors de la Première Guerre mondiale.

La médaille a été remise au cimetière Notre-Dame-des-Neiges à Montréal lors d'une cérémonie spéciale. Elle a été rendue à Jean Lacroix, le grand-neveu du soldat, qui était accompagné de ses deux fils. «C'est mon grand-oncle, je ne l'ai pas connu, mais mon père nous parlait souvent de lui, même s'il ne l'a pas beaucoup connu. Il se souvient par contre très bien du moment où il est parti à la guerre», souligne Jean Lacroix.

Il s'agit du premier Autochtone à recevoir la médaille d'honneur de l'Assemblée nationale à titre posthume. «C'est important de le souligner parce que nous sommes une famille autochtone et la médaille que nous sommes allés chercher pour lui, c'est la première fois qu'elle était décernée à un Autochtone. Nous en sommes extrêmement fiers», lance M. Lacroix

Le soldat Aimé Lacroix a légué une fierté à sa famille qui ne cesse de se rappeler la bravoure et le courage du soldat par ses décorations militaires exposées dans un présentoir de la maison patriarcale de La Tuque. «On a gardé toutes ses médailles de guerre. Présentement, c'est moi qui suis le porteur des médailles, mais ça va suivre les générations, mentionne Jean Lacroix. C'est une fierté pour notre famille. Il a donné sa vie pour la paix, la liberté et l'honneur, il ne faut pas l'oublier.»

Dans le cas de la famille Lacroix, on peut certainement dire que les générations se suivent et se ressemblent. «Depuis cinq générations, nous sommes tous des gens en uniforme dans notre famille. Mes deux garçons le sont et moi aussi je l'ai été», a conclu M. Lacroix.

Soldat Aimé Lacroix

Aimé Lacroix est né en 1891 à La Tuque, en Mauricie. Il a travaillé comme ouvrier sur des chantiers et comme guide de chasse et de pêche.

En 1915, alors que la Première Guerre mondiale faisait rage en Europe, Aimé Lacroix s'est engagé volontairement auprès des recruteurs de passage à La Tuque.

Après avoir suivi un entraînement sommaire au Canada, il a été envoyé outre-mer, où il a été mobilisé quelque temps en Angleterre, en prévision des opérations militaires à mener en France.

En septembre 1916, en France, alors qu'il combat l'armée allemande avec ses frères d'armes, il a été blessé à la tête par une déflagration d'obus, ce qui le rendra inapte au combat.

Rapatrié en Angleterre, il entre à l'hôpital militaire d'Epsom, où il restera trois mois. Peu de temps après, une lettre officielle fut envoyée par le ministère de la Défense à sa famille de La Tuque, lui annonçant le décès d'Aimé Lacroix. Le soldat Lacroix est donc mort le 31 décembre 1916 des suites de ses blessures: il avait 25 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer