Plan directeur de l'eau: la SAMBBA reçoit l'attestation

De gauche à droite: le député Pierre-Michel Auger,... (Courtoisie)

Agrandir

De gauche à droite: le député Pierre-Michel Auger, la ministre Julie Boulet, le président de la SAMBBA, Larry Bernier et le directeur général de la SAMBBA, Sébastien Duchesne.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Sainte-Geneviève-de-Batiscan) La Société d'aménagement et de mise en valeur du bassin de la Batiscan (SAMBBA) a récemment reçu l'attestation de son plan directeur de l'eau de la part du ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

C'est la ministre Julie Boulet qui a remis la certification à l'occasion du colloque S'unir pour agir et de l'assemblée générale annuelle de la SAMBBA. Ce colloque réunissait des représentants d'une dizaine de municipalités, des MRC de Mékinac et des Chenaux, d'associations de riverains et de lacs, de ministères, de gens du milieu académique, de l'UQTR, du GRIL (Groupe de recherche interuniversitaire en limnologie et en environnement aquatique), du comité ZIP Les Deux Rives, de la SADC de la Vallée de la Batiscan et du milieu agricole.

Le plan directeur de l'eau est le fruit d'un travail de concertation entre tous les acteurs de l'eau des territoires hydrogéologiques, des bassins versants de la zone de gestion de la SAMBBA.

La réalisation du document s'est faite sous la supervision d'une dizaine de ministères en collaboration avec des biologistes, des géographes, des aménagistes du territoire, des agronomes et des élus.

Il a pour but de guider les actions pour la protection des rivières Batiscan et Champlain et des cours d'eau ayant un bassin versant de moins de 30 km.

À cette occasion, le professeur Stéphan Campeau de l'UQTR est venu présenter un grand projet interdisciplinaire concernant le phénomène répandu de l'eutrophisation des cours d'eau. Une biologiste du service de la conservation de la biodiversité et des milieux humides du MFFP est aussi venue parler du cas d'une libellule classée en voie de disparition par le COSEPAC, mais qui a néanmoins été observée sur la rivière Batiscan.

Notons que la SAMBBA a pour mission de favoriser une meilleure gestion de l'eau en appliquant le concept de gestion par bassin versant sur tous les cours d'eau de la zone de gestion intégrée de l'eau Batiscan-Champlain. Elle vise aussi à harmoniser le développement des activités ayant une influence sur la qualité de l'eau de l'ensemble de ces bassins versants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer