L'élection partielle à Batiscan crée des remous

Sonya Auclair, mairesse de Batiscan.... (Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Sonya Auclair, mairesse de Batiscan.

Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Batiscan) Le siège numéro 5 du conseil municipal de Batiscan fera l'objet d'une élection, dimanche, et la mairesse, Sonya Auclair, recommande à sa population, via des commentaires qu'elle a mis sur Facebook, de voter pour le candidat Patrick Pépin.

Mme Auclair estime que l'autre candidate, Louise Tremblay, ne veut pas travailler avec le conseil en place et souhaite même faire démissionner tout le conseil.

«Je ne suis pas avec son équipe», a indiqué au Nouvelliste Mme Tremblay en expliquant qu'elle n'est tout simplement pas d'accord avec les dépenses autorisées par le conseil.

«Ils viennent d'acheter des iPad à 1250 $ chacun. Ont-ils besoin de ça?», se questionne-t-elle, estimant qu'une autre marque aurait coûté moins cher.

«Ça fait cher pour une petite municipalité», plaide-t-elle. «Les gens qui sont là, je me demande pourquoi ils ne s'opposent pas à ça», dit-elle.

Mais il semble que la cause de la mésentente entre la candidate et la mairesse Auclair soit plus profonde.

Dans un autre commentaire sur Facebook, Sonya Auclair indique que Mme Tremblay «se présente pour préserver les intérêts de son conjoint et de son beau-frère et sa belle-soeur concernant le dossier de la plage, un terrain qu'ils veulent acquérir du gouvernement et que j'aimerais acquérir pour notre municipalité... Conflit d'intérêt à l'horizon», écrit la mairesse.

«Ce terrain-là, dont elle parle, c'est que mon conjoint, son frère et sa soeur ont un bail avec le gouvernement qui dit qu'ils ont la jouissance du terrain. Ça fait des années, bien avant la mairesse, que ça existe, ce bail-là», plaide Mme Tremblay, ancienne conseillère municipale et retraitée.

Je ne travaille pas pour ça. Ils l'ont déjà», insiste la candidate. «Ils ont payé les droits pour avoir ce bail-là.»

Mme Tremblay, qui demeure dans une maison près de la plage convoitée par la municipalité indique que «quand il y a des gens sur le terrain, quand les gens sont corrects, je les endure. Les gens qu'on n'endure pas, ce sont les gens avec des bateaux, ce sont les gens qui viennent avec leurs animaux qui montent sur le terrain, en haut et qui vont faire faire leurs besoins à leurs animaux.

Il y a des gens qui viennent pisser sur le terrain aussi. Mais je n'ai rien contre les gens de Batiscan qui viennent se promener sur la plage. La plupart des riverains n'ont rien contre ça non plus», explique la candidate.

Mme Tremblay explique que la municipalité veut prendre possession d'une partie du terrain pour faire un stationnement juste au bout de la petite rue, près de sa maison. Elle croit que ce projet déplairait aux résidents voisins.

Mme Tremblay affirme qu'elle ne se sent nullement en conflit d'intérêt, dans toute cette histoire. «Pourquoi je serais en conflit d'intérêt?» demande-t-elle.

«Est-ce que ça veut dire qu'aucun des riverains ne peut se présenter au conseil?» argumente-t-elle.

«On paie déjà beaucoup de taxes», dit-elle. «Il se passe des affaires là (au conseil) qui n'ont pas d'allure. Ça me tente d'aller faire un tour là», dit-elle.

Rappelons que le siège numéro 5 est en élection à la suite de la démission du conseiller Éric Leblanc.

Le Nouvelliste a tenté d'avoir plus d'informations de la part de la mairesse Auclair, mais cette dernière est en voyage à l'étranger.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer