Enfin de l'eau après 13 ans d'attente

De gauche à droite: Gérard Bruneau, préfet de... (Stéphane Lessard)

Agrandir

De gauche à droite: Gérard Bruneau, préfet de la MRC des Chenaux, Alain Déry, maire suppléant de Saint-Stanislas, Jocelyn Régis, attaché politique du député Pierre-Michel Auger et Michel Grosleau, maire de Saint-Prosper.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Saint-Prosper) Treize ans. C'est le nombre d'années qu'il aura fallu aux résidents de Saint-Prosper-de-Champlain pour mettre fin une fois pour toutes à leur problème d'alimentation en eau potable et à un des avis d'ébullition les plus longs de l'histoire du Québec.

Maire de la municipalité depuis 10 ans, Michel Grosleau était conseiller municipal quand les premières démarches ont été amorcées pour trouver des sources d'eau acceptables. Il avait de quoi pavoiser jeudi et il n'a oublié personne pour inaugurer officiellement les nouvelles installations puisque même l'ancienne députée de Champlain, Noëlla Champagne était sur la liste des invités.

«J'y ai mis des heures et des heures et des heures», rappelait-elle hier, en marge du point de presse, visiblement touchée par la délicate attention.

L'usine, située entre Saint-Prosper et Saint-Stanislas, bénéficiera aux deux municipalités. Elle pompe et filtre 225 gallons américains par minute soit plus de 14 litres à la seconde.

Deux puits alimentent un système de filtration sur sable vert qui permet d'enlever le fer et le manganèse naturellement présents dans les sources souterraines.

La distribution vers Saint-Prosper se fait par gravité grâce à une conduite de 200 mm de diamètre tandis qu'il faut pomper l'eau vers Saint-Stanislas par une conduite de 250 mm.

Les deux municipalités ont partagé les coûts qui totalisent 3,3 millions $.

Pour Saint-Prosper, les travaux ont été plus dispendieux puisque la municipalité en a profité pour remplacer les conduites d'aqueduc et d'égouts sur une grande partie de son territoire. Elle a aussi construit un site de traitement des eaux usées, l'an dernier.

André Lahaie, directeur chez Stantec, qui a réalisé le projet d'eau potable, indique que le système, en plus de pomper et de filtrer l'eau, la désinfecte.

«Aujourd'hui, on peut dire enfin: Mission accomplie», a déclaré avec satisfaction le maire Grosleau. «Ce fut un très beau défi. On a de l'eau en qualité et en quantité phénoménale. On en est très fier», dit-il.

Le préfet de la MRC des Chenaux, Gérard Bruneau, fait valoir qu'on «n'insistera pas sur l'importance de l'aqueduc. On peut se passer quelques jours, quelques semaines, de l'électricité, avec d'autres moyens, mais on ne peut pas se passer d'eau», fait-il valoir. Les élus s'entendent pour dire que la bonne eau contribuera au développement des deux municipalités.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer