La construction et la rénovation au menu à Sainte-Geneviève

Christian Gendron... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Christian Gendron

Photo: François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Plante
Le Nouvelliste

(Sainte-Geneviève-de-Batiscan) Avec des écoles primaire et secondaire, un CLSC et un centre de services, Sainte-Geneviève-de-Batiscan estime qu'elle a tout pour attirer de jeunes familles. Dans ce but, le conseil vient d'adopter des mesures incitatives très généreuses non seulement pour la construction de nouvelles maisons, entre autres dans un nouveau secteur donnant directement sur la rivière Batiscan, mais aussi pour encourager les résidents actuels à rénover leur propriété.

Le maire Christian Gendron ne s'en cache pas, le développement résidentiel demeure le dossier prioritaire en 2015. «Nous accordons une remise de taxe foncière de 75 % sur 5 ans pour une construction neuve et on encourage la rénovation domiciliaire avec une aide pouvant aller de 500 $ à 2000 $ selon le montant total des rénovations, afin d'amener les gens à rénover leur maison. Ce sont des mesures adoptées lors du nouveau budget. Nous avons fait beaucoup de publicité au sujet de ces nouvelles mesures et installé de gros panneaux aux entrées de la municipalité. On sait qu'on aura au moins deux ou trois nouvelles maisons dès le printemps prochain dans le domaine de M. Lapierre. Des terrains ont aussi été vendus.»

Sainte-Geneviève-de-Batiscan fait par ailleurs partie des rares municipalités à ne pas avoir augmenté sa taxe foncière malgré le manque à gagner occasionné par le pacte fiscal temporaire et la diminution des en lieu de taxes. Le maire Gendron indique que son conseil a préféré puiser un montant de 100 000 $ dans ses surplus au lieu d'augmenter les taxes. «On nous a dit que le pacte fiscal était temporaire pour un an. On donne le bénéfice du doute au gouvernement. Il sera toujours temps de chialer. Cette année, toutefois, on était capables de s'en sortir de cette façon.»

La municipalité n'a pas l'intention non plus de reporter des travaux, comme d'autres l'ont fait. «On va faire des travaux routiers sur la rue St-Charles, près du bureau municipal. Elle sera refaite en entier. Une partie est éligible à une subvention. Il y a aussi des travaux d'aqueduc et d'égout prévus. Nous avons une problématique actuellement avec le réseau d'aqueduc du rang Sud qui passe près de l'autoroute. Les grands froids ont occasionné des bris et nos employés cols bleus ont travaillé presque jour et nuit pour réparer le tout. Huit résidences ont manqué d'eau pendant presqu'une semaine. Les gens ont été très compréhensifs. On les a tenus au courant et ils ont bien vu qu'on faisait le maximum. On réparait un bout et ça brisait ailleurs. Nos réseaux sont vieillissants. On en est venu à bout mais de façon temporaire. Il va falloir penser à refaire cette section au complet.»

Le maire ajoute qu'il a demandé une rencontre avec le ministère des Transports dans le dossier de la route 361, celle qui mène au village à partir de l'autoroute et qui serpente dangereusement tout en surplombant la rivière. «On le demande depuis des années. Semble-t-il que le ministère aurait des plans qui sont prêts depuis plusieurs années. Peut-être qu'on va nous dire qu'il manque d'argent mais on a quand même sollicité une rencontre en février. On va aussi aller voir notre député pour parler du réseau d'aqueduc qui passe sous l'autoroute 40 et qui n'est plus chauffé. Je pense que c'est ce qui a provoqué les derniers bris. Le fil chauffant n'était plus connecté. On veut stabiliser la situation», de conclure le maire d'un ton ferme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer