La FQM souligne les 25 ans de vie municipale de Jean-Claude Milot

Le maire Jean-Claude Milot, lors de la cérémonie... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire Jean-Claude Milot, lors de la cérémonie marquant la fin du nettoyage du terrain de Compostage Mauricie, situé à l'entrée de Saint-Luc-de-Vincennes. Un grand moment dans sa vie de maire.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Plante
Le Nouvelliste

(Saint-Luc-de-Vincennes) La Fédération québécoise des municipalités vient de souligner les 25 ans de vie municipale du coloré maire de Saint-Luc-de-Vincennes, Jean-Claude Milot. Ce faisant, la FQM reconnaissait un parcours digne de mention à maints égards.

En effet, il faut se rappeler que M. Milot qui avait d'abord terminé deux mandats à titre de conseiller municipal, s'est retrouvé presque malgré lui propulsé au poste de maire il y a 25 ans, alors que la population réalisait que personne de sollicitait un mandat à ce poste.

Le ministère des Affaires municipales avait dû permettre une reprise de l'élection deux mois plus tard et Jean-Claude Milot avait été élu maire sans opposition. Une situation qui n'a cessé de se répéter depuis, ce qui fait dire au principal intéressé qu'à Saint-Luc-de-Vincennes, on a instauré «un système à la Castro».

Lors de son arrivée à la mairie en 1989, Jean-Claude Milot a dû s'attaquer à la question de l'assainissement des eaux: projet tellement important, complexe et coûteux qu'il lui aura fallu 25 ans pour le mener à terme.

Mais le dossier qui lui a permis de se distinguer au niveau provincial est sans nul doute celui de Compostage Mauricie: une compagnie qui devait revaloriser des déchets végétaux sur le territoire de la municipalité, mais qui en cours de route, s'était mise à accepter différents intrants d'origine animale, créant ainsi un important problème de voisinage, à cause entre autres des mauvaises odeurs qui émanaient de l'endroit.

La petite municipalité avait dû se battre seule en cour pour en venir à bout. En faillite, Compostage Mauricie cessa ses opérations non sans laisser un imposant amas en compostage qui fut pris en charge et nettoyé sous la supervision du ministre de l'Environnement qui confia le contrat à un consortium en environnement. Actuellement, on poursuit les travaux de caractérisation qui précèdent la décontamination des sols.

Toujours sous l'administration Milot, on a vu l'arrivée du siège social de la MRC des Chenaux à Saint-Luc-de-Vincennes. Récemment, la municipalité acheta la petite caisse populaire pour y installer les bureaux municipaux qu'elle partage toujours avec la caisse.

On doit aussi au maire Milot, grand amateur de courses de chiens de traîneaux, la création du Défi Mauricie qui a lieu à Saint-Luc-de-Vincennes à la fin de l'hiver et qui attire les meilleurs coureurs du pays et des États-Unis ainsi que leurs superbes bêtes.

Avec presqu'un an complété dans un nouveau mandat, Jean-Claude Milot refuse de dire s'il sera à nouveau sur les rangs dans trois ans. Le denturologiste semi-retraité préfère prendre la vie un jour à la fois et s'adonner à sa passion de la moto, lui qui a vu quelques uns des ses confrères tomber malades ces dernières années. «Je suis en santé mais on ne sait jamais. On verra.»

En fait, Jean-Claude Milot voit l'avenir de sa petite municipalité comme un long fleuve tranquille. «Je suis assez terre à terre. Une petite place comme ici, ne peut grossir tant que ça. On a seulement deux grosses fermes, et le restant, ce sont des gens qui travaillent à Trois-Rivières», fait-il remarquer.

Soulignons par ailleurs que le maire de Saint-Léon-le-Grand, Robert Lalonde, a aussi été honoré par la FQM pour avoir complété une formation d'administrateur municipal ainsi que le conseiller Georges Lysight, de Saint-Angèle-de-Prémont, qui cumule également 25 ans de vie municipale. Au Centre-du-Québec, le maire de Lemieux, Jean-Louis Belisle (25 ans) ainsi que les conseillers Josef Mathis (25 ans) et Léo-Paul Côté (35 ans) ont reçu les même honneurs, tout comme le conseiller municipal de Baie-du-Febvre, Michel Benoit, (20 ans).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer