Haute distinction à la SADC Vallée de la Batiscan

De gauche à droite, Denis Champagne, conseiller en...

Agrandir

De gauche à droite, Denis Champagne, conseiller en financement, Sylvie Lapointe, secrétaire comptable, Sabrina Cholette, conseillère en développement durable, Gilles Mercure, directeur général, et Sylvain Lemire, agent de développement local.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Louise Plante
Le Nouvelliste

(Saint-Stanislas) La Société d'aide au développement des collectivités de la Vallée de la Batiscan vient de se voir décerner la plus haute distinction du programme Ici on recycle! soit l'attestation d'une performance de niveau 3, en reconnaissance de ses efforts de valorisation de ses matières résiduelles, qui atteint près de 90 %.

Il s'agit d'une reconnaissance officielle du gouvernement du Québec, instaurée par Recy-Québec afin de souligner les efforts remarquables des industries, commerces et institutions qui ont implanté dans leur établissement des mesures permettant la gestion responsable de leurs matières résiduelles.

Sabrina Cholette, conseillère en développement durable de la SADC, a confié que l'organisme était fier de faire connaître à ses partenaires et clients cette reconnaissance obtenue grâce au déploiement de nombreux efforts.

L'attestation de performance Ici on recycle! de niveau 3 est remise à ceux qui atteignent des standards élevés conformément aux objectifs de la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles. Le programme comporte trois niveaux de reconnaissance: le niveau 1 - Engagement, le niveau 2 - Mise en oeuvre et le niveau 3 - Performance.

Ce dernier vise à reconnaître les efforts des établissements qui atteignent un taux élevé de mise en valeur de leurs matières résiduelles, en plus d'avoir réalisé des activités d'information et de sensibilisation auprès de leurs employés et d'avoir mis en place des mesures de réduction à la source et de réemploi.

Les établissements doivent atteindre un taux global de récupération et de mise en valeur sur le potentiel de valorisation de 80 %. Dans le cas de la SADC, c'est un taux de 89,15 % qui est atteint.

«Nous invitons les autres gestionnaires d'établissements à s'informer sur ce programme et à s'engager eux aussi dans cette voie respectueuse de l'environnement et des générations futures», de conclure Mme Cholette.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer