Proches aidants des Chenaux reçoit l'appui des maires

Partager

Sur le même thème

Louise Plante
Le Nouvelliste

(Saint-Luc-de-Vincennes) Les maires de la MRC des Chenaux ont décidé de se mêler du dossier qui oppose deux organismes d'aidants naturels et de demander à l'Agence de santé et des services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec de reconsidérer sa décision de ne supporter financièrement qu'un seul organisme pour toute la région de la vallée de la Batiscan, soit pour les territoires des MRC de Mékinac et des Chenaux.

Dans l'état actuel de choses, c'est l'Association des personnes aidantes naturelles de Mékinac, rebaptisée Association des personnes aidantes naturelles de la Vallée-de-la-Batiscan, qui a été reconnue comme gestionnaire par l'agence de santé, et ce bien qu'un organisme d'aidants naturels ait vu le jour sur le territoire de la MRC des Chenaux, soit Proches aidants des Chenaux.

Le préfet Gérard Bruneau veut provoquer une rencontre entre tous les protagonistes de ce dossier, soit les deux associations d'aidants, l'agence de santé ainsi que les préfets ou préfets adjoints des MRC des Chenaux et de Mékinac.

«Les gens des Chenaux se sentent un peu sur une voie de service, explique-t-il. Nous, on dit que les aidants des Chenaux ont besoin de services qui soient près d'eux, donnés par des gens qui sont capables d'identifier leurs besoins et de répondre à leurs attentes. Qu'on reconnaisse un comité de la Vallée-de-la-Batiscan, c'est une chose, mais le montant alloué pour des Chenaux, qui est sous la gestion de Mékinac, devrait être à la disposition des Chenaux pour répondre à un plan d'action monté par ce secteur.»

Le préfet souhaite trouver une solution, car à son avis, «on se bat pour des niaiseries, des choses faciles à régler». Il fait remarquer que ce ne sont pas des millions sont en cause.

«C'est bien plus une question de principe qu'autre chose. La MRC des Chenaux est une entité, la MRC de Mékinac en est une autre, et nous on dit qu'entre MRC on se respecte, mais au niveau des deux comités d'aidants naturels, le courant ne passe pas», plaide le préfet qui estime que le temps est venu d'aller plus loin d'une simple résolution d'appui. «C'est sûr que c'est l'agence qui décide mais nous, les élus, nous aimerions corriger la situation.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer