L'état d'urgence est levé à Nicolet

La situation est de retour à la normale,... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

La situation est de retour à la normale, estime la mairesse de Nicolet, ce qui n'a pas empêché ces membres des Forces armées canadiennes de s'atteler à la tâche du nettoyage lundi.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Nicolet) Avec la baisse du niveau de l'eau du fleuve Saint-Laurent, l'état d'urgence a été levé par la mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois, qui parle d'un retour à la normale.

«Tout ce qui était mis en place concernant cette situation, c'est terminé, les camions, la production de sacs de sable. On est en train de tranquillement enlever nos pompes, d'enlever les sacs qui étaient autour de nos installations, le centre d'hébergement est fermé, on est en train vraiment de mettre fin», a-t-elle indiqué.

Ainsi, les résidents pourront déposer à la rue les sacs de sable (non vidés) et les regrouper ensemble, d'ici jeudi midi, 18 mai, pour qu'ils puissent être récupérés par la Ville. Les personnes qui sont incapables physiquement de les transporter jusqu'à la rue ou qui voudraient aider doivent composer le 819 293-6901.

«Il est à noter que le remblayage des terrains est interdit dans l'ensemble de la zone inondable en vertu des articles 226 à 228 du Règlement de zonage no 77-2004 de la Ville de Nicolet, lequel est conforme à la Politique de protection des rives, du littoral et de la plaine inondable du gouvernement du Québec», précise la directrice des communications, Aline Blais.

Par ailleurs, toujours d'ici jeudi midi, les résidents sont priés de regrouper ensemble les détritus apportés par l'eau et de les placer en bordure de la rue sur l'asphalte. La Ville va les récupérer. «Il est important que le tas de détritus soient séparés des sacs de sable», a-t-on indiqué.

La Ville informe également qu'il y aura une collecte spéciale des encombrants, le vendredi 26 mai, dans les secteurs touchés par les inondations.

«On est vraiment en mode nettoyage. Ce n'est pas tant que nous, on soit vraiment pressé, mais les gens ont hâte de disposer de leurs sacs de sable. C'est pour ça qu'on a tout de suite mis en place la procédure pour que les gens puissent s'en débarrasser», a expliqué la mairesse Dubois. 

De plus, des représentants du ministère de la Sécurité publique se rendront sous peu à Nicolet pour y tenir une séance d'information.

«On n'a pas la date encore. On attend vraiment la disponibilité des gens du ministère parce que cette réunion va surtout traiter de l'aspect financier et des réclamations que les gens pourraient avoir à faire», précise-t-elle. La Ville invite les citoyens à conserver toutes leurs factures et à prendre des photos pour d'éventuelles réclamations.

Partage-t-elle l'opinion de son homologue de Bécancour, Jean-Guy Dubois, qui déplorait la dimension «spectacle et alarmiste» des inondations?

«Je n'utiliserai pas le mot alarmiste, mais je trouve qu'on a eu une très grande couverture médiatique pour ce qu'était l'événement réellement. Dans le fond, les gens qui sont situés dans ces secteurs sont habitués d'avoir de l'eau. C'est sûr que là, c'est monté un petit peu plus haut, et ça inquiétait les gens.

Il y a eu beaucoup d'eau, mais on ne s'est pas promené dans l'eau en dessous des bras. Les gens ont pu circuler. On partait des niveaux qui nous étaient donnés. On était toujours en mode prévention et prêt à une évacuation plus massive, ce qui n'a pas eu lieu. Et c'est tant mieux», conclut celle qui estime à une quarantaine le nombre maximal de résidences qui furent affectées par la crue des eaux.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer