Un parc équestre international au club de golf Gentilly

Déjà propriétaire du Mont-Bénilde, le promoteur Steve Garceau... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Déjà propriétaire du Mont-Bénilde, le promoteur Steve Garceau a de grands projets pour son club de golf Gentilly.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) Après avoir mis la main sur le Mont-Bénilde et le Resto-Bar la Marina, à Sainte-Angèle-de-Laval, le promoteur Steve Garceau et ses partenaires financiers s'apprêtent à frapper un autre grand coup à Bécancour en transformant leur club de golf Gentilly en un parc équestre international en 2018. Évalué à près de huit millions de dollars, le projet se traduira conséquemment par la création d'un parcours de neuf trous.

«Cet été, on reste un 18 trous. On est dans le financement. Si ça fonctionne, ça mettrait Gentilly sur la map. Ce serait le plus gros parc équestre au Canada et on égalerait pas mal les gros aux États-Unis. On partirait ça en octobre, tout de suite après la saison, pour être prêt pour l'été 2018», a confié au Nouvelliste l'homme d'affaires, qui dit attendre des réponses du gouvernement pour de l'aide financière.

Déjà, Steve Garceau et Jean-Claude Parr avaient sauvé le club de golf Gentilly en s'en portant acquéreurs au début de 2016, après la faillite de la coopérative provoquée par la fin de la centrale nucléaire. Les 151 sociétaires auront perdu leur mise de fonds totalisant près d'un million de dollars.

Avec une situation financière devenue intenable sans la vente du vaste bâtiment adjacent, les membres de la Coopérative de solidarité en développement local de Gentilly avaient rendu les armes.

En 2008, la location du vaste entrepôt à la société d'État, en prévision de la remise à neuf de Gentilly-2, était tombée à point. L'entente de 15 ans, renouvelable aux cinq ans, représentait des revenus totaux de 1,5 million $. Mais l'abandon du projet par le gouvernement sera venu compromettre la contribution annuelle de 108 000 $ d'Hydro-Québec, et ce, depuis le 1er juin 2014.

C'est alors qu'est arrivé le projet d'un incubateur. La vente de la bâtisse de 20 000 pieds carrés à cette fin aurait alors permis d'éponger la dette d'un demi-million de dollars. Sauf que la Ville a décidé de renoncer à cet emplacement en raison de l'opposition de citoyens au changement de zonage. En 2017, cet incubateur fera plutôt son apparition dans une partie du Parc industriel de Bécancour, sous la responsabilité de la municipalité.

Quant au club de golf Gentilly, la nouvelle administration avait proposé des nouveautés pour la première saison, soit un volet canin pour les golfeurs, des véhicules électriques monoplaces connus sous le nom de Segway, et un service de restauration. Par contre, la formule de gestion en sous-traitance n'aura pas connu le succès escompté, ce qui a amené les propriétaires à reprendre les rênes des opérations.

Parallèlement à la conversion partielle de l'endroit en parc équestre international, Steve Garceau et son équipe se préparent à ouvrir leur microbrasserie au quai de Sainte-Angèle d'ici le 15 juin. Ayant nécessité un investissement qui dépasse les quatre millions de dollars, le projet Au quai des brasseurs comprend un restaurant de 350 places, dont 150 sur la terrasse, et une crémière. 

«On va brasser notre bière», a précisé celui qui devrait pouvoir compter sur le Fonds de diversification économique.

On se rappellera que la démolition de l'ancien Resto-Bar La Marina avait été retardée à la suite des inquiétudes soulevées par certains citoyens qui disaient craindre l'impact du futur commerce sur leur qualité de vie et la valeur de leur propriété. Des discussions avaient toutefois permis de régler la situation.

En ce qui concerne le Mont-Bénilde, qu'il a acheté en 2015, Steve Garceau considère que «ça va très bien» avec un taux de location de 60 % alors qu'on y retrouve, entre autres, le Centre jeunesse et les Délices du boucher.

«La garderie, c'est bien parti. Il y a une école alternative qui rentre au mois d'août. Je suis en pourparlers avec les médecins pour un GMF sur deux étages, soit 20 000 pieds carrés, sans rendez-vous, avec radiologie et cardiologie», a-t-il annoncé tout en révélant que le développement domiciliaire prend son envol ce printemps avec la préparation de 40 terrains et des rues en conséquence.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer