Déception pour la 55

Les partisans du doublement de l'autoroute 55 devront prendre... (Francois Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les partisans du doublement de l'autoroute 55 devront prendre leur mal en patience.

Francois Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) Les partisans du doublement de l'autoroute 55 devront prendre leur mal en patience à la lumière de la programmation des travaux routiers 2017-2019 qui s'élève à 114 millions de dollars pour le Centre-du-Québec. Non seulement rien ne figure-t-il en ce sens, mais les interventions se résumeront en une simple couche d'usure.

«On a une déception, mais on continue à travailler le dossier. Si on voit qu'il n'y a pas de développement à court terme, il y aura une autre action auprès des médias. On va revenir là-dessus avec peut-être la sensibilisation des familles qui ont perdu des êtres chers.

S'il faut cogner plus fort, on va cogner plus fort. Il faut se faire entendre», a indiqué la directrice générale de la Chambre de commerce et d'industrie du Coeur-du-Québec, Martine Pépin, qui réitère néanmoins sa confiance envers le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports, Laurent Lessard.

Pour sa part, le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, n'hésite pas à parler d'une «profonde déception». «On ne voit pas apparaître d'aucune façon l'autoroute 55 dans des investissements de 114 millions de dollars. Je me sens un petit peu abandonné», a-t-il déclaré.

Celui-ci dit comprendre que les projets d'une telle ampleur soient traités au niveau du Plan québécois des infrastructures et que le tout ne peut se faire d'un seul coup.

«Le ministre Lessard avait dit en février qu'il regardait pour le faire par étape. Je m'attendais à ce qu'on fasse la première entre 2017 et 2019. Ça ne veut pas dire qu'il n'y aura rien en 2018. Ils sont en train d'analyser de quelle façon ça pourrait être décortiqué», a-t-il confié.

Selon lui, le ministère des Transports fait toutefois preuve d'un certain opportunisme dans sa gestion. «Les projets de 100 millions de dollars et plus sont vus d'en haut. Or, ça fait longtemps qu'il ne s'est rien passé sur la 55», fait remarquer le premier magistrat par rapport aux accidents mortels.

«Pourtant, il y a 14 000 véhicules par jour. On fait des travaux pour beaucoup moins à d'autres endroits. Et la seule place entre Shawinigan et Miami où il n'y a pas quatre voies, c'est à Saint-Grégoire», renchérit-il.

Ce dernier admet toutefois avoir eu «un petit baume» en voyant les divers travaux d'entretien qui auront lieu cette année à Bécancour. Par exemple, à elle seule, la reconstruction d'un pont au-dessus de la rivière Godefroy nécessitera un investissement qui se situe entre cinq et dix millions de dollars.

Parmi la liste des chantiers évoqués pour les deux prochaines années au Centre-du-Québec, on retrouve la réalisation des travaux d'asphaltage de divers secteurs de la route 116 dans les municipalités de Victoriaville et Princeville, ainsi que le réaménagement des intersections de la route 116 avec le chemin Saint-Albert et la rue Gauthier, à Warwick.

Par ailleurs, des interventions sur différentes structures sont également planifiées, notamment la reconstruction de six structures de l'autoroute 20 dans les municipalités de Sainte-Anne-du-Sault, Sainte-Eulalie et Saint-Cyrille-de-Wendover. À ce dernier endroit, l'enveloppe budgétaire se situe entre 10 et 25 millions de dollars.

Globalement, les investissements se répartissent comme suit, en fonction des grands axes d'intervention établis par le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports: 58,9 millions de dollars sont consacrés aux structures, dont 18,3 millions à celles du réseau municipal, 50,9 millions de dollars sont destinés aux chaussées et 4,2 millions de dollars vont à l'amélioration du réseau routier.

«Ces investissements constituent un puissant moteur économique et de création d'emplois tout en améliorant la fluidité de la circulation, la sécurité routière et la qualité de vie de nos concitoyens. Pendant toute la durée des travaux, plus de 750 travailleurs seront à l'oeuvre sur les 97 chantiers que comptera notre région.

Ces investissements se font dans le respect de la capacité de payer des contribuables, tout en stimulant l'activité économique et la création d'emplois. C'est l'engagement qu'a pris notre gouvernement et que j'entends respecter», a commenté le ministre Lessard par voie de communiqué.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer