Terrains contaminés: Québec ne s'engage pas à négocier avec les résidents de Bécancour

David Heurtel... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

David Heurtel

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) Le député Donald Martel a vainement tenté mardi d'obtenir en chambre une réponse de la part du ministre de l'Environnement David Heurtel pour qu'il entame des discussions avec les résidents touchés par les terrains contaminés.

Donald Martel... (François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Donald Martel

François Gervais, Le Nouvelliste

«Je trouve ça triste. Depuis le début, j'ai appuyé tout ce que le ministre a fait. Je suis préoccupé par les résidences. Je demande juste qu'il entame des discussions et il n'est même pas capable de dire qu'il va les rencontrer. C'est décevant», a-t-il confié au Nouvelliste

Celui-ci a aussi déploré que le gouvernement libéral ait refusé de débattre d'une motion qu'il avait présentée vendredi dernier à l'Assemblée nationale. Cette motion demandait notamment qu'on vienne en aide aux citoyens touchés par la contamination des terres dans le parc industriel de Bécancour. 

«Pourquoi le gouvernement refuse-t-il de se préoccuper de ces gens? M. Pinard, l'un des propriétaires affectés par la contamination du terrain, veut quitter sa maison car il ne se sent plus en sécurité et sait que sa maison a perdu beaucoup de valeur. Personne au sein de ce gouvernement n'accepterait d'acheter ces maisons», a lancé le député de Nicolet-Bécancour lors de la période de questions.

Le représentant de la CAQ demande donc formellement au ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques de mandater ses représentants pour qu'ils entament des négociations avec les propriétaires concernés.

«Dans la Mauricie-Centre-du-Québec, je constate que ça prend toujours des années de mobilisation et de pression politique pour faire bouger le gouvernement libéral. Ce fut le cas avec les victimes de la pyrrhotite. Est-ce que ça va prendre encore des années aux libéraux pour se rendre compte que ça n'a pas de bon sens d'abandonner des citoyens floués par cette contamination et qu'il faut les dédommager?», a soulevé M. Martel.

«Ça n'a pas pris des années pour agir, ça a pris une semaine. On est en action, j'ai dit que j'ai retiré le dossier, ensuite de ça, il y a eu une enquête administrative interne et on a pris des mesures, on a un plan d'action en place pour sécuriser le site. On agit. On s'assure justement que les effets négatifs soient limités et aussi qu'on trouve une solution permanente à la contamination de ce site. On agit véritablement dans l'intérêt des citoyens et des citoyennes», a répondu le ministre Heurtel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer