Baux de villégiature: «Un autre choc tarifaire libéral», déplore Martel

Donald Martel... (François Gervais)

Agrandir

Donald Martel

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) Se portant à la défense des «milliers de Québécois» propriétaires de chalets de villégiature qui connaissent «un début d'année 2016 particulièrement bouleversant», le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, dénonce l'entrée en vigueur «d'un autre choc tarifaire libéral inacceptable».

Selon le porte-parole de la CAQ en matière de développement économique régional et de tourisme, en décidant de réviser à la hausse les valeurs de référence permettant de déterminer les loyers annuels de ces terres publiques, le gouvernement Couillard met non seulement l'industrie touristique du Québec en péril, mais pénalise de nombreux propriétaires situés sur ces terrains et qui, dit-il, choisissent le Québec comme destination touristique.

«Puisqu'ils n'ont rien fait depuis 2003 pour empêcher la situation actuelle, les libéraux imposeront jusqu'en 2019 une hausse moyenne des loyers de 74 % à travers le Québec. Cette hausse sera de 184 % pour la région de Québec, 109 % pour le Nord-du-Québec et 99 % pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean et 64 % pour la Mauricie. Les libéraux sont là depuis 2003 et ils sont les seuls responsables de cette situation», décrit le représentant caquiste.

À son avis, le gouvernement a décidé «lâchement» de s'attaquer à un groupe particulier de Québécois, ceux qui font vivre le tourisme au Québec, «qui font le choix de profiter des trésors dont regorgent nos régions».

«Les libéraux fouillent encore une fois dans les poches des contribuables, sans considérer les impacts de ces gestes. Quel manque de vision! Les terres du domaine de l'État font partie du patrimoine collectif des Québécois, mais désormais, certains propriétaires pourraient décider de se départir de leur chalet ou encore diminuer le nombre de séjours qu'ils font», a décrié M. Martel, tout en rappelant que les hausses des loyers sont également accompagnées d'une augmentation des frais d'administration liés à la gestion foncière des terres.

Finalement, ce dernier dit s'inquiéter des conséquences directes sur les petits commerces en région qui dépendent beaucoup de l'achalandage touristique. 

«Le gouvernement doit écouter les cris du coeur de tous ces propriétaires de chalet et mettre un frein à cette taxation extrême. Même si le ministre des Ressources naturelles croit que ce choc tarifaire sera atténué par son application graduelle sur cinq ans, il s'agit ni plus ni moins d'une taxe déguisée. Une indexation des loyers à l'inflation aurait dû être effectuée lors des quinze dernières années, mais le PLQ ne sait pas gérer», a conclu Donald Martel.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer