Bécancour: 1,1 million $ de moins en valeur industrielle

C'est sous le thème du casse-tête et de... (Stéphane Lessard)

Agrandir

C'est sous le thème du casse-tête et de la complexité que le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, a présenté le budget 2016.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Non seulement Jean-Guy Dubois doit-il s'armer de patience avant de voir les grands projets prendre forme, tels qu'IFFCO et possiblement Stolt LNGaz, mais la dépréciation des bâtiments industriels, qui représentent 42 % des revenus municipaux, prive sa ville de près de 1,1 million de dollars en recettes.

Conséquence? C'est sous le thème du casse-tête et de la complexité que le conseil municipal de Bécancour a adopté un budget 2016 malgré tout équilibré à 26,2 millions de dollars, avec une hausse de la taxe foncière de 1,15 %.

«C'est un soufflet à mon voisin de Trois-Rivières qui se considère parmi les plus meilleurs à 1,2 % d'augmentation», s'est plu à lancer le maire Dubois, en dévoilant les prévisions budgétaires.

Sauf qu'en vertu du nouveau rôle d'évaluation 2016-2017-2018, la valeur des immeubles industriels est passée de 415,5 millions $ à 378,2 millions $.

Et en plus de cette baisse de 37,3 millions de dollars qui est concédée, la Ville appréhende six demandes de révision de la part des entreprises du parc industriel, ce qui explique, en partie, la réserve de 785 000 dollars qui figure dans la colonne des dépenses. Car cette enveloppe tient compte également que 2016 sera une année de négociations.

«Et pour toutes les nouvelles entreprises qui veulent s'établir, on n'aura pas de nouveaux résultats budgétaires avant 2012-2022», fait-il remarquer, évoquant les délais de construction et les congés de taxes foncières.

Or, après IFFCO, voilà que Stolt LNGaz pourrait décider, dès ce printemps, de reporter son projet d'une usine de liquéfaction de gaz naturel à Bécancour, évaluée à 800 millions de dollars. Tout récemment, les dirigeants avaient fait le point sur les échéanciers de la construction qui, «dans un monde idéal», disait-on, doit s'amorcer «à la fin du printemps ou au début de l'été». Sauf que les conditions du marché sont justement loin d'être idéales pour le moment, avec un prix du pétrole à la baisse.

«Ce n'est pas nouveau que Stolt LNGaz songerait au printemps à reporter son projet», a commenté lundi soir Jean-Guy Dubois, soulevant les aléas du marché du gaz naturel.

Pour compenser la perte de revenus de 1,1 million de dollars, l'administration Dubois affiche un effort administratif de 709 000 dollars, dont quelque 400 000 dollars au niveau des biens et services, alors que l'ajustement des taxes permet d'aller récupérer une somme de 738 000 dollars.

À cela viennent s'ajouter des dépenses non récurrentes de 542 000 dollars qui étaient reliées en 2015, entre autres, aux Fêtes du 50e et au fameux projet d'incubateur industriel, un dossier maintenant référé au CLD de la MRC de Bécancour.

Pour la première fois depuis 1988, la taxe d'eau est augmentée, passant de 185 $ à 195 $. Si le tarif pour la collecte des ordures sera dorénavant de 127,50 $, soit une faible hausse de 2,50 $, les frais relatifs aux compteurs d'eau passent de 0,36 $ à 0,45 $ le mètre cube. L'égout et l'assainissement demeurent respectivement à 100 dollars et 50 dollars.

Ce qui fait que pour l'ensemble des taxes et tarifs, la hausse du fardeau fiscal est globalement de 1,8 %. Résultat? Le compte de taxes, pour une résidence unifamiliale évaluée, en moyenne, à 168 567 $, sera de 1964.32 $ en 2016 contre 1929.52 $ cette année, alors que pourtant, l'évaluation d'une maison unifamiliale était, en moyenne, de 147 394 $ en 2015. Cela s'explique par le taux de la taxe foncière qui est passé de 0,997 $ à 0,885 $ du 100 dollars d'évaluation.

Parmi les faits saillants de la prochaine année, le maire Dubois a souligné la prise en charge de la fonction touristique par sa municipalité avec la dissolution récente de l'Office de tourisme de Bécancour qui couvrait le territoire de la MRC. 

Si, sous l'ancienne formule, la quote-part de la Ville était de 71 000 dollars, le nouveau modèle nécessitera un investissement de 166 000 dollars. «On aura une nouvelle façon d'opérer le bureau d'information touristique, via notre Corporation régionale de Bécancour, et on garde les forces, ce qu'il y avait de meilleur», a fait savoir le premier magistrat, confirmant du même coup le maintien en poste de la présente directrice générale, Fabiola Aubry.

Nouveau programme d'aide à la construction d'installations septiques autonomes, maintien du programme d'aide financière et de crédits de taxes à la construction, programme d'aide financière à la rénovation de façades commerciales, étude de la capacité des étangs d'épuration et campagne d'économie d'eau potable et Bécancour, ville allumée: voilà autant d'éléments qui figurent au programme du conseil municipal pour les douze prochains mois.

Finalement, en ce qui concerne le plan triennal d'immobilisations, la Ville prévoit investir près de quatre millions de dollars en 2016 alors que pour les deux années subséquentes, les sommes prévues sont de l'ordre respectif de 4,9 millions de dollars et 1,8 million de dollars.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer