Mise en vente du club de golf de Gentilly

Le président Raynald Beaupré posant devant les installations... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le président Raynald Beaupré posant devant les installations du club de golf de Gentilly.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) Avec une situation financière devenue intenable sans la vente du vaste bâtiment adjacent, les sociétaires du club de golf de Gentilly ont décidé de se départir de l'ensemble des actifs évalués à près d'un million de dollars. Un mandat a même déjà été accordé au courtier immobilier Hugo Gaillardetz.

«Depuis deux ans, on cherchait une vocation à l'entrepôt. Mais la pression était importante sur les finances», a expliqué le président de la Coopérative de solidarité en développement local de Gentilly, Raynald Beaupré, au lendemain d'une assemblée générale spéciale à laquelle 74 membres étaient présents.

On sait que la Ville avait initié l'été dernier un encan de projets afin que la bâtisse de 20 000 pieds carrés puisse trouver preneur. Une aide financière potentielle de 100 000 dollars était même sur la table pour le futur acquéreur. Malgré l'intérêt de certains promoteurs, aucune transaction n'a pu être conclue. 

Or, l'avenir du club de golf dépendait du sort réservé à cette infrastructure. Pas moins de 151 sociétaires ont injecté près d'un million de dollars dans cette aventure il y a une douzaine d'années.

C'est ainsi que la location du vaste entrepôt à la société d'État, en prévision de la remise à neuf de Gentilly-2, était tombée à point en 2008. L'entente de 15 ans, renouvelable aux cinq ans, représentait des revenus totaux de 1,5 million $. Mais l'abandon du projet par le gouvernement est venu compromettre la contribution annuelle de 108 000 $ d'Hydro-Québec, et ce, depuis le 1er juin 2014.

C'est alors qu'est arrivé ensuite le projet d'un incubateur. La vente de la bâtisse à cette fin aurait alors permis d'éponger la dette d'un demi-million de dollars. Sauf que la Ville a décidé de renoncer à cet emplacement en raison de l'opposition de citoyens au changement de zonage.

«L'autre réalité, c'est que nos gens ont 60 ans dépassés. Ça fait douze ans qu'on y consacre beaucoup d'énergie. On est au bout de nos ressources. Des jeunes, il n'y en a pas», a confié M. Beaupré.

Par contre, ce dernier se dit fier du travail accompli depuis l'acquisition du club de golf Gentilly par la coopérative en 2004. Reste à voir si les installations, créées en 1989, pourront être vendues à temps pour la prochaine saison. «On a réussi à remonter le club, un parcours de 18 trous, aux standards de l'industrie», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer