À la découverte de six vignobles

De gauche à droite, on reconnaît Jocelyn Hébert,... (Photo Andréanne Lemire, Le Nouvelliste)

Agrandir

De gauche à droite, on reconnaît Jocelyn Hébert, du vignoble Le Fief de la rivière, Rémy Martel, du vigoble Riparia, Daniel Harrisson, du Domaine du Clos de l'Isle, et Richard Messier, du Domaine des 3 fûts.

Photo Andréanne Lemire, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(BÉCANCOUR) Six vignobles du Centre-du-Québec convient les amateurs de vins à un rendez-vous gustatif unique les 13 et 14 juin prochain alors qu'ils ouvriront leurs portes pour faire découvrir leurs produits.

L'invitation s'adresse également à tous ceux qui feraient encore preuve de scepticisme sur la qualité des vins du Québec: ils pourraient être confondus. «Les gens sont surpris de la qualité de nos produits. On sent d'ailleurs un intérêt grandissant au fil des années», a avoué Jocelyn Hébert, propriétaire du Fief de la Rivière à Bécancour.

Sur ce point, Rémy Martel du vignoble Riparia à Saint-Wenceslas rappelle que le cépage n'est évidemment pas le même qu'en Europe. «Notre industrie est jeune au Québec mais elle a évolué. Il nous a fallu apprendre à travailler avec les vignes et les cépages», a-t-il ajouté.

Le résultat est pour le moins étonnant: on retrouve désormais au Centre-du-Québec une grande variété de produits, soit du blanc, du rosé, du rouge, des vins de glace et même des vins épicés pour les périodes froides.

En bout de ligne, les vins du Québec ont réussi à se démarquer par leur singularité. «Les rouges par exemple ont moins de tanin et sont plus légers. Quant aux vins blancs, ils sont très fruités, ce qui est très apprécié», précise Daniel Harrisson, viticulteur au Domaine Clos de l'Isle à Bécancour.

Certes, les vignerons doivent composer avec une température très capricieuse, ce qui a une influence importante sur la qualité du raisin. D'emblée, les viticulteurs se sont fait rassurants sur la récolte à venir, du moins ici au Centre-du-Québec.

«Certaines régions du Québec ont été affectées par le gel au sol du 20 septembre 2014. Pour notre part, cela a entraîné une diminution de 70 % de la charge de raisins. Plus récemment, le gel au sol qui a eu lieu la semaine dernière a eu des conséquences désastreuses chez la plupart des vignobles mais ici, on s'en sort bien grâce à notre système d'arrosage, à la proximité du fleuve et du lac Saint-Pierre. Le site est un élément important de la protection dont nous bénéficions. Le raisin sera moins abondant mais il sera plus savoureux à l'automne», a expliqué M. Harrisson.

Même son de cloche de la part de Jocelyn Hébert. «En fait, ça représentera moins d'ouvrage car il nous faut généralement enlever de la charge sur les vignes l'été. Il faut donc s'attendre à une qualité supérieure du raisin», a-t-il renchéri.

Toutefois, avant de pouvoir bénéficier du vin issu de cette nouvelle récolte, la population aura l'occasion de découvrir la viticulture les 13 et 14 juin en pleine période de floraison des vignes. Les visiteurs pourront prendre part à des visites agrotouristiques gratuites à toutes les heures de 10 h à 17 h, rencontrer les vignerons, discuter avec eux et déguster leurs produits.

Pour cette quatrième édition, six vignobles ouvriront leurs portes, c'est-à-dire, le Riparia à Saint-Wenceslas, le Fief de la rivière à Bécancour, le Domaine du Clos de l'Isle à Bécancour, le Domaine des 3 Fûts à Drummondville, les Côtes du Gavet à Tingwick et les Vallons de Wadleign à Ulverton. Si l'an passé, plus de 1000 personnes avaient participé à la découverte de quatre vignobles, on souhaite doubler ce chiffre cette année.

D'ici cinq ans, le potentiel de vignobles au Centre-du-Québec sera de dix.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer