Santé: Drummondville et Victoriaville se mobilisent

Les tenants de l'idée d'une scission entre la... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les tenants de l'idée d'une scission entre la Mauricie et le Centre-du-Québec dans le domaine de la santé ont désormais l'appui des chambres de commerce de Drummondville et Victoriaville.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Plante
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les chambres de commerce de Drummond (CCID) et des Bois-Franc / Érables (CCIBFE) ont décidé de donner au coup de pouce aux démarches déjà entamées auprès du ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, par les maires Alain Rayes de Victoriaville et Alexandre Cusson de Drummondville, et réclament elles aussi, via un communiqué conjoint émis lundi, l'obtention d'un centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) pour le Centre-du-Québec, indépendant du futur CISSS de la Mauricie. Un point de presse est même prévu sur le sujet, mardi matin, à Québec, avec le député François Paradis de la CAQ et les maires Cusson et Rayes.

Il semble que le refus très clair opposé à nouveau par le ministre à cette idée, le week-end dernier, à l'occasion de différentes entrevues avec des médias de l'Estrie, n'ait pas freiné les ardeurs des tenants de l'idée d'une scission entre la Mauricie et le Centre-du-Québec dans le domaine de la santé.

Pourtant au cabinet du ministre on rappelait lundi que cette idée a été rejetée clairement en commission parlementaire en décembre dernier, principalement pour une question de «masse critique» dans le cadre de l'étude des amendements au projet de loi 10 qui crée les CISSS.Malgré tout, une partie du Centre-du-Québec se mobilise de concert avec leur municipalité pour obtenir gain de cause... sauf la région de Nicolet-Bécancour qui, pour des raisons évidentes, et qu'elle a déjà fait valoir, dont la proximité, souhaite rester rattachée à la Mauricie pour ses services de santé et ses services sociaux. Le président de la Chambre de commerce et d'industrie du Coeur-du-Québec, Jean-Guy Doucet, confirme que son organisme n'a pas été sollicité et qu'il n'a pas l'intention de suivre ce mouvement.

«La raison est très claire, notre zone de desserte c'est Trois-Rivières. Nous en avons discuté brièvement, mais nous n'avons pas pris position là-dessus parce que la question ne se posait pas.»

Dans leur communiqué, les chambres de Drummond et des Bois-Francs / Érable font valoir que leurs membres sont très inquiets des conséquences d'une éventuelle concentration du pouvoir décisionnel dans le domaine de la santé vers le CISSS situé à Trois-Rivières et qui remplacera l'Agence de santé et des services sociaux Mauricie-Centre-du-Québec.

«Aussi, nous entendons jouer pleinement notre rôle d'organismes de concertation en mobilisant nos membres afin que le message soit clairement entendu à Québec quant à la grande importance d'obtenir un CISSS pour le Centre-du-Québec. C'est une question d'équité», déclarent Virginie Bonura et Luc Gaudreau, respectivement présidente et de la CCIBFE et président de la CCID.

On explique que l'inquiétude des dirigeants des deux chambres de commerce est principalement liée aux services à la population et au développement économique.

«En ce qui a trait au service à la population nous sommes d'avis que les meilleures décisions se prennent lorsque les gestionnaires peuvent intervenir rapidement en ayant les informations à jour, confirmées par leur présence sur le terrain'', ce qui ne sera vraisemblablement pas le cas avec des décideurs situés en dehors du territoire desservi. Nous croyons donc que l'accessibilité aux soins et la qualité des services pourraient subir les contrecoups de cette décision et qu'en fin de compte, les patients subissent les effets négatifs de la réforme. La répartition des médecins spécialistes décidée par des gestionnaires à Trois-Rivières pourrait ne pas être aussi équitable qu'on le souhaiterait localement», crient les présidents des deux chambres.

Ces derniers plaident aussi que le développement économique de leur région se fait à une vitesse grand V et que par conséquent, elle doit bénéficier d'infrastructures solides et des services efficaces en matière de santé.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer