Les roulottes de Gentilly encore sur la sellette

L'entreprise Soudure SLD a récemment fait l'acquisition de... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

L'entreprise Soudure SLD a récemment fait l'acquisition de plusieurs roulottes du chantier de Gentilly-2, qui avaient d'abord été vendues à rabais à Robert Fer et Métaux. Quelques semaines à peine après cette vente, voilà qu'Hydro-Québec importe à Bécancour des roulottes provenant du chantier de La Romaine.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marc Rochette
Le Nouvelliste

Après avoir liquidé à rabais ses roulottes destinées à la réfection de Gentilly-2, voilà qu'Hydro-Québec importe à Bécancour des roulottes provenant du chantier de La Romaine, selon le député caquiste Donald Martel.

«Ça ajoute au burlesque de l'affaire. Depuis le début, si cette décision de fermer la centrale avait été prise de façon rationnelle et planifiée, toutes les choses se seraient passées différemment. On a agi dans la précipitation et toute l'improvisation découle d'un manque de planification», déplore-t-il.

Au début de décembre, Le Nouvelliste révélait qu'une bonne partie des roulottes, qui devaient servir durant les travaux de remise à neuf de Gentilly-2, avaient été acquises par Léandre Dumont et Olivier Champagne, de Soudure SLD à Trois-Rivières. On apprenait alors que le duo avait pu mettre la main sur les installations au coût de 375 000 $, soit l'équivalent de 10 % de leur valeur à neuf.

Or, les deux entrepreneurs avaient acheté le tout de Robert Fer et Métaux qui, lui, avait obtenu les deux ensembles de 12 unités auprès de la société d'État pour la modique somme de 34 000 $.

Le député de Nicolet-Bécancour rappelle qu'il existe un édifice de cinq étages sur les lieux de la centrale nucléaire. «Soudainement, ils ne pouvaient plus travailler là. Et alors qu'il y avait des roulottes à quelques kilomètres qui servaient déjà à Hydro, pourquoi s'en être débarrassées à ce prix, sachant qu'ils devaient travailler dans les roulottes?», demande-t-il.

«C'est du gaspillage alors que les tarifs d'Hydro-Québec vont augmenter de plus de 4 % pour les cinq prochaines années. Vivement le vérificateur général dans toute cette opération de la fermeture de la centrale», renchérit Donald Martel.

Du côté de la société d'État, on n'a pas répondu à la demande d'information sur le sujet, au moment de mettre sous presse.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer