Challenge 255: le défi de la survie

L'organisation du Challenge 255 lance un cri du... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

L'organisation du Challenge 255 lance un cri du coeur afin d'assurer la pérennité de cet événement estival.

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Baie-du-Febvre) L'événement n'aura jamais aussi bien porté son nom. En effet, le Challenge 255 est confronté à tout un défi: celui de sa survie. Avec un manque à gagner de 250 000 $, l'organisation lance donc un cri du coeur afin d'assurer la pérennité de cet événement estival et, du même coup, la présentation de l'édition 2015. D'où l'annonce d'une collecte de fonds d'un quart de million de dollars rendue nécessaire par une édition 2014 marquée de plusieurs difficultés.

Un trio qui demeure optimiste malgré tout pour... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Un trio qui demeure optimiste malgré tout pour la survie du Challenge 255: Benoît Therrien, porte-parole, Patrice Proulx, directeur général et Robert Jutras, président.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Bien que l'événement organisé à Baie-du-Febvre connaisse du succès depuis une dizaine d'années, ayant même atteint plus de 50 000 visiteurs en 2013, les pluies diluviennes de l'été dernier ont ravagé les terrains du Challenge 255, occasionnant des dépenses importantes et une baisse significative du nombre de visiteurs d'une journée.

«J'ai des pertes à trois postes budgétaires: les entrées quotidiennes, le stationnement et les bars», a indiqué au Nouvelliste le directeur général, Patrice Proulx.

Alors que le budget annuel est autour d'un million de dollars, près de la moitié des revenus provient de la vente de billets et environ le quart découle des commanditaires. Les bars complètent la structure financière pour 20 % environ tandis que les subventions sont plutôt minimes, représentant de 2 % à 3 %.

Ce qui fait que les compressions gouvernementales n'ont pas d'effets réels sur l'avenir du Challenge. Sauf que la nouvelle réalité du milieu municipal laisse peu d'espoir pour un soutien quelconque. «Les portes d'entrée normales n'existent plus», fait-il remarquer, avec la fin des CLD.

Depuis l'arrivée du Challenge 255 sur le nouveau site en 2010, de nombreux investissements ont été faits pour améliorer l'expérience des festivaliers. «L'équipe a travaillé sans répit pour rendre l'expérience mémorable et donner à chacun le désir de revenir partager la passion des courses année après année», a soutenu le directeur général, Patrice Proulx.

Selon lui, l'année 2014 marquait d'ailleurs la fin du cycle des investissements majeurs sur le site, qui est maintenant prêt à accueillir ses visiteurs «pour de nombreuses années encore».

«On veut permettre à cet événement majeur du Centre-du-Québec de faire vibrer encore longtemps les passionnés d'adrénaline et de faire rayonner la région dans l'ensemble du Québec et même dans d'autres provinces canadiennes et des États américains limitrophes», poursuit-il.

En 2014, il y a d'ailleurs eu l'achat de deux propriétés pour «prévenir les coups durs». L'organisation souhaite créer un camping permanent à l'intention des baby-boomers, «avant la Saint-Jean et après le Challenge», et pour les jeunes familles «pendant l'été» en offrant différents forfaits en collaboration avec des partenaires de la région. Mais «ce projet n'est pas pour 2015», précise M. Proulx.

En attendant, on veut plutôt s'assurer d'être capable de payer les fournisseurs. «Ceux qui nous supportent, on ne veut pas qu'ils perdent de l'argent. On a besoin de nos supporters pour payer nos fournisseurs», a-t-il confié.

Sous le thème Donne du gaz au Challenge 255, la campagne de sollicitation est organisée sur une plate-forme mondiale spécialisée en financement participatif en ligne. Les gens désirant contribuer peuvent se rendre sur les pages Facebook officielles du Challenge 255 ou sur le site Web de l'événement (www.challenge255.com) et cliquer sur le lien prévu à cet effet.

«C'est primordial pour l'avenir de l'événement. Ainsi, les dons seront conservés uniquement si l'objectif de la campagne en ligne de 150 000 $ est atteint, et ce, d'ici le 30 janvier 2015. Dans le cas contraire, les donateurs se verront rembourser leur contribution», explique M. Proulx.

Même si l'objectif total est bel et bien d'un quart de millions de dollars, l'organisation serait au moins capable de payer une partie du déficit dès la réception de 150 000 $. Et le signal serait rassurant tant pour les fournisseurs que pour les partenaires financiers. «Passionnés de camions lourds, de pick-up, de motos et d'autos, passionnés d'adrénaline et de courses d'accélération, mettez votre passion à contribution et donnez du gaz au Challenge 255», concluent les dirigeants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer