Vente imminente du Mont-Bénilde

Le Mont-Bénilde est sur le point de passer... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

Le Mont-Bénilde est sur le point de passer aux mains du Centre de la biodiversité du Québec à Bécancour.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) Fermée depuis 2008, l'école secondaire Mont-Bénilde est sur le point de passer aux mains du Centre de la biodiversité du Québec à Bécancour, et ce, avec l'aide de la Ville qui vient d'autoriser une aide financière de 300 000 dollars.

«L'avenir du Centre est assuré pour les 25 prochaines années et cela permettra de sauvegarder le patrimoine national», soutient sa directrice générale, Carole Bellerose.

Celle-ci se montre néanmoins avare de commentaires sur les détails du projet alors que l'organisme promoteur est à compléter ces jours-ci son montage financier auprès de différents partenaires. Une offre d'achat sera soumise aux Frères des écoles chrétiennes qui avaient fait construire les lieux en 1948.

Deux ans après l'arrivée d'une administration laïque, l'établissement d'enseignement privé fermait ses portes le 31 août 2008 avec ses quelque 300 élèves et sa quarantaine de membres du personnel. Ironiquement, l'institution s'était classée première sur le territoire du Centre-du-Québec pour l'année scolaire 2006-2007, selon le fameux palmarès des écoles de L' Actualité. Et en 2012, on apprenait la fermeture du centre d'instruction d'été des cadets de la marine.

Selon ce que Le Nouvelliste a appris, la transaction serait avantageuse pour le Centre de la biodiversité qui aurait dû investir plus d'un million de dollars pour s'agrandir et consolider ses actifs, dont le verger. Or, l'acquisition des espaces de cinq millions de pieds carrés pourrait bien se faire pour moins de 900 000 dollars, ce qui permettrait, entre autres, le développement du boisé. C'est sans compter que des revenus de location à diverses organisations pointent à l'horizon dans une aussi grande bâtisse.

Pour sa part, le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, a souligné la popularité du Centre de la biodiversité «qui attire 25 000 personnes».

Selon lui, l'intérêt de la Ville à investir dans l'aventure se situe au niveau des équipements de loisirs du Mont-Bénilde pour un usage communautaire. Et avec la population du secteur Saint-Grégoire qui a plus que doublé, le premier magistrat rêve même d'une «école verte», dit-il, et ce, pour desservir une clientèle étudiante en hausse dans les classes actuelles.

Lors d'une séance extraordinaire tenue lundi, le conseil municipal a confirmé sa participation au projet du «Centre d'interprétation sur la diversité biologique du Québec» pour l'acquisition du Mont-Bénilde pour un montant de 300 000 dollars, «conditionnellement à ce que les partenaires financiers impliqués versent les sommes prévues».

Dans la même résolution, les élus demandent à la MRC de Bécancour de bien vouloir verser au promoteur un montant de 50 000 dollars à même le Fonds du Pacte rural - enveloppe régionale, dans le cadre du Pacte rural pour les années 2014-2019.

Par ailleurs, la partie des terrains qui ne sera pas acquise par le Centre de la biodiversité du Québec devrait servir à du développement résidentiel par le privé.

«Ciblé comme attrait à fort potentiel dans le plan de développement stratégique de l'offre touristique 2014-2020 de l'Association touristique régionale Centre-du-Québec, le temps est venu pour nous d'atteindre un objectif d'achalandage de 100 000 visiteurs et devenir le produit d'appel majeur sur la rive sud du Saint-Laurent entre Montréal et Québec dans un avenir pas si lointain», avait déjà déclaré Carole Bellerose lors de la dernière assemblée générale annuelle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer