La Reine des Érables dépose sa couronne

Le propriétaire de la Reine des Érables, Roland... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le propriétaire de la Reine des Érables, Roland Charbonneau, met en vente les équipements de l'érablière déjà fermée depuis deux ans.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Saint-Wenceslas) Il y a deux ans, Roland Charbonneau décidait de mettre la clé sous la porte de son érablière de Saint-Wenceslas après l'avoir opérée pendant «32 ans et demi».

Mais faute d'avoir pu trouver de la relève ou un acheteur depuis 2012, voilà que le propriétaire de la Reine des Érables se résigne à procéder à la liquidation des équipements, «ayant gardé tout mon matériel après l'avoir officiellement fermée».

Sa décision vient donc sonner le glas aux installations du 10e Rang, et ce, après 60 ans d'existence. C'est en 1980 qu'il s'était porté acquéreur de l'érablière. «Mes deux garçons n'étaient pas intéressés», a-t-il confié au Nouvelliste.

Non seulement l'achalandage était en diminution constante, mais sa motivation n'y était plus après avoir opéré l'endroit sur une aussi longue période. Et c'est sans compter que la baisse graduelle des activités venait compliquer la gestion du personnel.

Soulignant que la grande partie de sa clientèle provenait de Trois-Rivières ainsi que de Victoriaville et Drummondville, M. Charbonneau invite les restaurateurs de la région à le contacter s'ils veulent prendre possession de l'un ou l'autre des articles de l'érablière. «Il y aura des portes ouvertes sur invitation», a conclu celui qui rêvait de faire autre chose que du sirop.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer