Le ministre Girard reçu en ami à la Chambre du Coeur-du-Québec

Le ministre Jean-Denis Girard était l'invité de la... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le ministre Jean-Denis Girard était l'invité de la Chambre de commerce et d'industrie du Coeur-du-Québec. On le voit ici en compagnie de Jean-Guy Dubois, maire de Bécancour, et de Jean-Guy Doucet, président de la Chambre.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Plante
Le Nouvelliste

(Bécancour) Pas moins de 240 personnes étaient présentes, lundi, au Club de golf Godefroy pour recevoir celui qu'on traite presque comme un enfant de la place, soit «leur ministre», l'ex-président de la Chambre de commerce et d'industrie du Coeur-du-Québec Jean-Denis Girard, qui s'y arrêtait dans le cadre de sa tournée provinciale.

C'était, à n'en pas douter, l'un des plus importants dîners de la Chambre depuis longtemps. Le ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises, à l'Allègement réglementaire et au Développement économique régional, a été reçu en ami et pour cause, il pouvait nommer presque tout le monde par son prénom.

Son passage à Bécancour prenait une saveur un peu particulière puisque Jean-Denis Girard revenait dans «ses terres» auréolé du titre de ministre délégué, après avoir porté celui de «Capitaine Gentilly.»

«Je vous remercie d'être si nombreux, a déclaré d'entrée de jeu M. Girard. C'est un retour aux sources. Mon expérience ici à la Chambre a été bénéfique pour moi. C'est grâce à cela et à mon travail chez Desjardins que je suis ici aujourd'hui.»

Le ministre a par la suite livré sa vision du développement économique, est revenu sur le budget Leitão (qui fait référence plus de 100 fois aux PME) à la vision économique du premier ministre Couillard, (qui veut éviter une décote au Québec) en concluant avec le Plan nord et la stratégie maritime du Québec. Le ministre s'est dit par ailleurs enthousiasmé d'apprendre qu'on manque de main-d'oeuvre dans les régions de Victoriaville et de Drummondville où on atteindra bientôt le plein emploi.

En début de journée, Jean-Denis Girard avait d'abord rencontré pendant plus de deux heures un groupe d'entrepreneurs, triés sur le volet, représentatifs de plusieurs secteurs d'activités de tout le Coeur-du-Québec Il dit en avoir retenu le besoin urgent d'une meilleure communication entre ministères à vocation économique, de façon à éviter de la paperasse répétitive aux entrepreneurs. Il a aussi pris bonne note qu'il est parfois fiscalement plus rentable de vendre son entreprise à un étranger qu'à un membre de sa famille: une situation anormale, a-t-il reconnu.

Le président de la Chambre, Jean-Guy Doucet, a qualifié cette rencontre des plus fructueuses et concrètes. «La table de travail de ce matin qui rassemblait des représentants de Drummondville, Victoriaville et de Bécancour, bref, de tout le Coeur-du-Québec, a permis aux entrepreneurs de dire directement au ministre ce qu'ils voulaient.

Ce qui est ressorti, c'est qu'il y a trop de règlements, particulièrement au niveau de l'environnement où les délais sont trop longs. On dirait que le développement durable bloque le développement parfois. L'idée d'un guichet unique intéresse aussi tout le monde, en souhaitant que ça aboutisse concrètement», a insisté M. Doucet qui admet toutefois qu'on parle de ce fameux guichet unique depuis des décennies au Québec, sans jamais réussir à le mettre en place.

Partager

À lire aussi

  • Investissements de 10 M$ sur la rive sud

    Économie

    Investissements de 10 M$ sur la rive sud

    Trois entreprises du Centre-du-Québec du secteur agroalimentaire se partageront plus de 1,6 M$. Cet investissement en provenance du Fonds de... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer