Crise budgétaire à la MRC de Bécancour

Jean-guy Paré... (Photo: Marcel Aubry)

Agrandir

Jean-guy Paré

Photo: Marcel Aubry

Partager

Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) Décidément, rien n'est simple à la MRC de Bécancour par les temps qui courent. Après la crise politique provoquée récemment par une remise en question de la structure de la part de la mairesse Gaétane Désilets, voilà que la Municipalité régionale de comté a vécu hier soir une crise budgétaire alors que l'adoption des prévisions budgétaires 2013 a été reportée à une date ultérieure.

Encore une fois, c'est la décision de la Ville de Bécancour de créer son office de tourisme qui est venue mettre du sable dans l'engrenage. La nouvelle organisation a d'ailleurs été fondée lors d'une récente réunion des intervenants touristiques et ce, sans tambour ni trompette.

«Cette décision est conforme aux demandes formulées par le milieu touristique qui souhaite s'impliquer davantage au niveau décisionnel pour faire progresser encore plus rapidement ce secteur d'activités qui est appelé à un brillant avenir sur notre territoire», avait expliqué Fernand Croteau alors qu'il était maire suppléant de la Ville de Bécancour.

Selon lui, cette nouvelle structure plus souple qui regroupera les principaux acteurs du milieu touristique contribuera «sans aucun doute» à améliorer les interventions dans le milieu «puisque ce sont ces mêmes acteurs qui en seront les principaux dirigeants».

Dans cette même lettre, M. Croteau annonçait que la Ville de Bécancour avait l'intention de confier à l'Office l'opération du Bureau d'information touristique au plus tard le 1er janvier 2013.

Or, le président du CLD, Jean-Guy Paré, avait déjà déposé une résolution adoptée par la majorité des administrateurs du CLD le 5 octobre dernier.

«Le CLD informe la MRC de Bécancour de son intention de maintenir ses activités de développement économique, conformément aux attentes qu'elle lui adresse», pouvait-on lire dans cette résolution. Et le développement économique comprend spécifiquement le développement touristique.

Parmi les nombreuses considérations, il y a celle selon laquelle «il est primordial de positionner favorablement sur le plan touristique la totalité du territoire de la MRC de Bécancour». Et le CLD est considéré comme Office de tourisme depuis 1999 et ce, par la Fédération québécoise des offices de tourisme.

Mais parce que la Ville de Bécancour veut retirer ses billes de la MRC pour s'occuper de tourisme, c'est une somme de plus de 90 000 dollars qui est en jeu, d'où l'impasse budgétaire.

«On n'a pas fini les discussions», a avoué le préfet Mario Lyonnais, en réponse à une question d'un journaliste. Car jusque-là, les maires avaient soigneusement évité de justifier publiquement le report de l'adoption du budget 2013.

De plus, le préfet a admis que les municipalités de la MRC sont divisées sur le sujet. «Une bonne partie demande de rester au CLD et d'autres veulent aller vers l'office», a-t-il précisé.

Finalement, un intervenant touristique a expliqué que la formation de l'office n'était qu'une question de changement de gouvernance par le privé.

«Le conseil des maires a l'ambition de faire avancer le tourisme. C'est sur la méthode qu'on ne s'entend pas encore», a conclu M. Lyonnais.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer