Vers une hausse de taxes maximale de 2,5 % à Nicolet

Partager

Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Nicolet) La Ville de Nicolet affiche un surplus de plus de 500 000 $ en 2011, les élus s'attendent à un excédent pour l'exercice en cours et la commande est passée pour limiter l'augmentation de la taxe foncière à un maximum de 2,5 %. Voilà autant d'informations communiquées par le maire Alain Drouin dans son rapport sur la situation financière de la municipalité.

«En regard des projets de développement pour l'année 2013, c'est en tenant compte de la capacité de payer des contribuables que les choix du conseil municipal seront faits», a-t-il précisé lors de la dernière séance régulière du conseil.

Or, des citoyens du Rang du Pays-Brûlé aimeraient bien que le pavage de leur secteur soit enfin considéré dans les prochaines prévisions budgétaires «après 12 ans d'attente», d'autant plus qu'une somme de 1,5 million de dollars figurait déjà en ce sens pour l'an prochain dans le budget triennal 2012-2014.

«Ce sera le plus tôt possible, mais je ne peux vous dire quand. C'est possible qu'on y aille par étape», a prudemment répondu M. Drouin.

Celui-ci a fait allusion aux travaux d'aqueduc de l'ordre de trois millions de dollars prévus sur le boulevard Louis-Fréchette et qui seront réalisés l'an prochain grâce à une aide de 1,8 million de dollars provenant de la taxe d'accise sur l'essence.

«On est une bonne vache à lait, on a rien sur notre bord», a lancé un résident du Rang du Pays-Brûlé.

Visiblement familier avec ce genre de critiques «vous ne faites rien pour nous autres», le maire a vu son conseiller Jean Rousseau s'engager «à mettre de l'énergie» lors de la préparation du budget pour répondre aux attentes de ce groupe de contribuables. «On est rendu à refaire le pavage de cette route-là», a-t-il lancé alors que sa jeune collègue, Katherine Dubuc, a parlé «d'une priorité» et le conseiller Michel Paradis, d'un tronçon «dû pour être pavé».

Les autres membres ont plutôt partagé la prudence de leur premier magistrat. «C'est difficile de promettre des choses. On pourrait vous le promettre en vue des élections en 2013. Des secteurs de la Ville qui ont été négligés, il y en a plein. Ensemble, il faudra trouver une solution et les futurs conseils municipaux devront commencer à rattraper», a commenté le conseiller Stéphane Biron.

Comme quoi les prévisions du plan triennal de 21,6 millions de dollars ne sont pas coulées dans le béton, la somme de 4,7 millions de dollars qui avait été envisagée pour les bâtiments cette année n'a aucunement été dépensée.

Par contre, en 2012, la Ville aura procédé à l'achat de deux véhicules pour le Service de sécurité incendie et tant le développement du secteur domiciliaire Faubourg du Ruisseau que la continuité du développement du secteur La Station du Domaine font partie des projets majeurs réalisés dans l'année en cours.

«Parmi les projets à venir au cours des prochaines années, notons la réfection des infrastructures d'aqueduc et d'égout dans le boulevard Louis-Fréchette, la relocalisation de la bibliothèque municipale et la poursuite de nos divers développements domiciliaires», a fait savoir M. Drouin.

L'an dernier, l'investissement dans les immobilisations s'est élevé à 2,1 millions de dollars. Par exemple, 890 000 $ pour le Domaine Faubourg, 489 000 $ pour des travaux de voirie et pavage, 225 000 $ pour le terrain des Soeurs du Précieux-Sang, 117 000 $ pour des jeux d'eau.

Si le surplus accumulé de l'exercice budgétaire se terminant le 31 décembre 2011 était de 1,4 million de dollars, l'excédent de fonctionnement affecté était de 292 000 $. Et le taux global de la taxation est passé en un an de 1,47 à 1,45 $ par 100 dollars d'évaluation.

Quant à la dette à long terme non consolidée, elle s'élève à 8,7 millions de dollars, contre 9,4 millions $ un an plus tôt, faute d'avoir réalisé certains investissements prévus.

«C'est loin d'être un drame et d'être dangereux. Vous pouvez être très confortable. C'est environ 1000 dollars par habitant. On maintient notre taux d'endettement à un seuil très intéressant et bon an, mal an, on consacre 10 % de notre budget à des dépenses d'investissements majeures», a-t-il ajouté.

Finalement, la rémunération du maire se chiffre à 34 433 $ et son allocation de dépenses à 15 069 $ tandis que celle des conseillers s'élève à 8609 $ et leur allocation à 4305 $ par année. À titre de préfet de la MRC, Alain Drouin reçoit une rémunération annuelle de 17 244 $.

Le budget pour l'année 2013 sera déposé lors d'une séance spéciale du conseil municipal qui aura lieu le 17 décembre, à 19 h, à la salle Joseph-Ovide-Rousseau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer