Michel Byette recruté par Lévis

L'ancien directeur général de la Ville de Trois-Rivières,... (Le Nouvelliste, Sylvain Mayer)

Agrandir

L'ancien directeur général de la Ville de Trois-Rivières, Michel Byette, vient d'être embauché par la Ville de Lévis pour occuper, de façon intérimaire, le poste de directeur général adjoint.

Le Nouvelliste, Sylvain Mayer

Partager

Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'ex-directeur général de la Ville de Trois-Rivières, Michel Byette, vient d'être recruté par la Ville de Lévis pour agir comme directeur général adjoint par intérim. Un mandat de quelques mois, tout au plus, pour celui qui demeure toujours à Trois-Rivières.

Le conseil municipal de Lévis a confirmé, le 19 novembre dernier, l'embauche de Michel Byette pour seconder le directeur général de la Ville de Lévis, Jean Dubé, dans ses fonctions. Un des deux adjoints, Guy Renaud, venait de quitter précipitamment pour la retraite, alors que l'autre adjointe, Christine Girard, est présentement en congé de maladie.

M. Byette est arrivé à l'hôtel de ville de Lévis le 12 novembre, une semaine avant que le conseil entérine son embauche.

«Mon collègue Jean Dubé était aux prises avec certaines difficultés en raison de l'absence de ses deux directeurs généraux adjoints. Comme il savait que j'avais des disponibilités, il m'a téléphoné. C'est la beauté de la chose quand on est pigiste», remarque Michel Byette.

Celui-ci a hérité de la responsabilité de différents dossiers, reliés notamment aux infrastructures et à l'environnement, aux travaux publics, au génie, au développement durable, à l'urbanisme et aux ressources humaines.

Selon l'ancien dg trifluvien, il y a certains parallèles à faire avec l'expérience qu'il a acquise à Trois-Rivières, de 2003 à 2012. «Ils font d'excellentes choses ici aussi. Les deux villes ne sont pas tout à fait semblables, malgré la population qui est presque identique. À Lévis, il y a beaucoup de projets sur la table, mais on n'a pas l'effet de ville-centre qu'on retrouve à Trois-Rivières», note-t-il. Certaines réalités sont complètement différentes, notamment l'éloignement des différents secteurs de la ville ou encore l'appartenance à la Communauté métropolitaine de Québec.

Les élus lévisiens ont entériné le mandat donné à Michel Byette, compte tenu de l'urgence de la situation.

Un document interne mentionnait que «considérant l'importance des dossiers en cours, ce poste doit être comblé de façon intérimaire le plus rapidement possible».

En plus du montant qu'il recevra en salaire, Michel Byette a droit à des frais de déplacement et de subsistance. On lui donne 426 $ par semaine pour l'hébergement et 160 $ par semaine pour les repas. Le principal intéressé indique qu'il se rend à Lévis trois ou quatre jours par semaine, selon ses disponibilités et les besoins de la Ville.

Depuis son départ à la retraite, au début du mois de juillet, il a continué à agir comme secrétaire pour le caucus des grandes villes au sein de l'Union des municipalités du Québec. Il a aussi été recruté par le Service d'intervention sur mesure (SIM) de Shawinigan, pour faire la promotion de Cognibox, un outil de gestion des fournisseurs qui répond aux nouvelles exigences en matière de contrats.

Âgé de 64 ans, Michel Byette avait confié au Nouvelliste, à quelques jours de son départ à la retraite, qu'il se sentait toujours «à l'apogée de sa science». Il indique aujourd'hui que sa retraite est en effet bien remplie.

Lui et son épouse ont récemment décidé de mettre en vente leur résidence à Trois-Rivières. Le couple souhaite se rapprocher des enfants et des petits-enfants, dispersés dans la grande région de Montréal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer