M/S Jacques-Cartier: la fin d'une époque

Le capitaine Luc Harvey a décidé que l'heure... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Le capitaine Luc Harvey a décidé que l'heure de la retraite avait sonné pour lui ainsi que pour son navire, le M/S Jacques-Cartier.

Photo: François Gervais

Partager

Sur le même thème

(Trois-Rivières) Après 40 ans passés dans le paysage touristique trifluvien, la famille Harvey a décidé de mettre fin à ses activités de croisières à bord du M/S Jacques-Cartier.

Le capitaine Luc Harvey et ses fils François... (Photo: François Gervais) - image 1.0

Agrandir

Le capitaine Luc Harvey et ses fils François et Michel.

Photo: François Gervais

Cette décision a été prise par le patriarche de la famille, le capitaine Luc Harvey. Âgé de 73 ans, le premier capitaine du navire a décidé qu'il était temps pour lui de prendre sa retraite. Il a de plus indiqué à ses fils, François et Michel, que sa retraite signifiait la fin de l'aventure pour eux également.

Conscient que sa décision est lourde de conséquences, autant pour ses fils que pour le paysage touristique trifluvien, M. Harvey soutient tout de même qu'il était temps pour lui et son navire de passer à autre chose. Il ne peut cependant pas s'empêcher d'être nostalgique lorsqu'il se remémore certains moments de sa carrière de navigateur.

«On en a fait des voyages. On faisait le Québec au complet jusqu'aux Mille-îles. On s'est rendu jusqu'à Ottawa ainsi que sur la rivière Saguenay. Ce bateau a une histoire extraordinaire. Mais j'ai 73 ans et j'ai fait mon bout», laisse-t-il tomber.

De leur côté, les deux fils du capitaine Harvey respectent la décision de leur père. Ayant grandi sur le M/S Jacques-Cartier, les deux hommes, qui sont également capitaines, se disent tout de même tristes que cette aventure prenne fin. Même s'ils auraient été en mesure de prendre les rênes de l'entreprise sans problème, ils considèrent qu'ils doivent être solidaires de cette décision.

«C'est le bateau de Luc, alors c'est lui qui a le dernier mot. C'est sûr que nous sommes nostalgiques, mais nous sommes une entreprise familiale et nous nous sommes toujours tenus. Nous avons toujours travaillé ensemble. Nous avons discuté, et nous avons conclu que nous étions aussi mûrs pour autre chose. On ne se voyait pas faire une 41e année sans notre père», mentionne François Harvey.

Une fois que les livres seront fermés, les deux fils du premier capitaine ne quitteront pas le monde maritime. Les deux hommes, qui sont âgés de 44 et 40 ans, envisagent de poursuivre leur carrière dans ce domaine. Ils considèrent cependant qu'il est trop tôt pour s'avancer sur leurs futures occupations.

Se trouvant présentement en cale sèche à Saint-Jean-Port-Joli, le navire sera vendu si un acheteur sérieux se manifeste. Selon François Harvey, sa valeur se chiffre à environ deux millions de dollars.

Les Harvey ne sont cependant pas pressés de s'en départir. «Il n'est même pas officiellement à vendre», lance-t-il.

Les activités du M/S Jacques-Cartier à titre de bateau de croisière ont débuté en 1972. Le navire, qui était à l'origine un traversier qui faisait la navette entre Baie-Sainte-Catherine et Tadoussac sur la rivière Saguenay, avait été acheté par M. Harvey en 1969. Après s'en être servi afin de faire le transport du bois, le capitaine Harvey a décidé de le convertir en bateau de croisière. Pour son 40e anniversaire, d'importantes améliorations y avaient été apportées. Une cuisine avait notamment été aménagée.

François Harvey espère de plus que leur retrait ne signifiera pas la fin des croisières à Trois-Rivières.

«Nous l'avons fait pendant 40 ans. Il y a donc toujours de la place pour un bateau de croisière à Trois-Rivières», assure-t-il.

Du côté de Tourisme Trois-Rivières, la décision des Harvey a grandement surpris. «Ils sont dans le portrait de Trois-Rivières comme partenaires touristiques depuis 40 ans. Ils ont amené beaucoup à la ville. Nous sommes tristes de les voir s'éloigner», mentionne la directrice de Tourisme Trois-Rivières, Yolaine Masse.

Cette dernière compte d'ailleurs faire tous les efforts nécessaires afin que l'industrie des croisières ne quitte pas Trois-Rivières.

«Le fait d'avoir un bateau de croisière à Trois-Rivières, c'est super important. Le fleuve est maintenant une icône touristique au niveau du marché international. Nous voulons donc avoir notre part et être un joueur majeur», affirme Mme Masse.

On se rappelle que François Harvey avait cessé les activités sur son navire, le M/V Le Draveur, à la fin de la saison 2011 afin de retourner sur le M/S Jacques-Cartier avec son père et son frère. Il a été capitaine de ce bateau pendant 18 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer