Passionnée de pharmacologie

Chantal Morissette... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

Chantal Morissette

Photo: Stéphane Lessard

Partager

Roland Paillé
Le Nouvelliste

Pour bon nombre de personnes, un pharmacien est une personne qui remplit une prescription émise par un médecin. «Et voilà: le travail est fait», dirions-nous. Et pourtant, ce n'est là qu'une fonction de cette profession.

Un bel exemple pour l'illustrer est Chantal Morissette, pharmacienne dans deux pharmacies Jean Coutu (boulevard Sainte-Madeleine et rue Fusey, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine), qui est une passionnée de son travail. On est surpris par le nombre de choses qu'elle accomplit en rapport avec son travail.

Très consciencieuse, elle est très préoccupée par le bien-être des patients qu'elle côtoie. Au point où le groupe Jean Coutu (GJC) lui a décerné récemment sa plus haute distinction: le prix Engagement professionnel Carrière 2012.

Originaire de Saint-Pierre-les-Becquets, Chantal Morissette a travaillé comme pompiste à la station-service de son père, ce qui l'a placée, pour une première fois, en relation avec le public: expérience qu'elle a beaucoup aimée. Jusque-là, rien ne laissait présager qu'elle allait devenir pharmacienne.

Jusqu'à ce qu'elle étudie la biologie humaine, ce qui l'a conduite à l'Université de Montréal, en pharmacie. Elle en est ressortie en 1988 avec son diplôme. Ce qui signifie que 2013 sonnera pour elle ses 25 ans de carrière. Et depuis la fin de ses études universitaires, elle pratique sur la rue Fusey et le boulevard Sainte-Madeleine.

Parallèlement au service à la clientèle, elle a développé au fil des ans des aptitudes connexes qui font qu'elle apporte davantage à sa profession. Ce qui illustre bien sa passion pour le domaine dans lequel elle a choisi de faire carrière.

«À mon avis, c'est une des plus belles professions. J'aime beaucoup être pharmacienne», prend-elle le temps de mentionner. «C'est un travail à temps plein. Les gens nous consultent de plus en plus par le fait qu'on est facilement disponible et qu'on a une bonne expertise. J'aime aider les gens au niveau de leur santé. Ça se reflète aussi», note-t-elle en pointant sur un mur de son bureau le prix qu'elle a reçu de son employeur.

«Ce qu'ils ont fait ressortir, précise-t-elle à ce sujet, c'est qu'en plus de travailler en pharmacie, j'ai d'autres cordes à mon arc. J'ai été professeur de clinique, à la Faculté de pharmacie, pour l'Université Laval (cours de dermatologie, de 2001 à 2008)», donne-t-elle en exemple.

Elle est également, depuis une dizaine d'années, superviseur de stage avec les étudiants en pharmacie (de 4e année), ici à Trois-Rivières. C'est ainsi qu'elle a accompagné une trentaine de stagiaires pendant cette période, les «coachant» et leur faisant partager sa passion, son expérience et son expertise. Ils apprennent d'elle, et elle apprend d'eux: un bel exemple d'enrichissement mutuel.

La Tête d'affiche de cette semaine n'en était pas à un premier honneur, en octobre dernier. Elle a déjà à son actif le prix Jacques-Dumas 2011 - nom d'un ancien doyen de la Faculté de pharmacie de l'Université Laval -, qui est remis à un pharmacien du milieu communautaire qui est beaucoup impliqué à la Faculté de pharmacie de l'Université Laval. «Dans mon cas, c'était en recevant des étudiants en stage pendant quatre semaines chacun», souligne-t-elle.

Elle a aussi le prix Wyeth de l'apothicaire 2008, (attribué à un pharmacien dans chaque province du Canada), le prix Diabète Québec et le prix Engagement professionnel «auprès des patients» 2009 du GJC. Et c'est sans compter un diplôme de deuxième cycle qu'elle a ajouté à sa scolarité.

«C'est une belle profession et on a beaucoup d'occasions de la pratiquer de différentes façons: avec nos patients, avec les étudiants, avec nos collègues pharmaciens - elle signe des articles dans des imprimés du monde pharmaceutique -, en faisant de la formation continue, et en se spécialisant dans certains domaines (maladie d'Alzheimer, le diabète et les soins de la peau).»

Elle donne des conférences, aussi. GJC lui a même demandé de faire un projet clés en main qui serait remis à tous les pharmaciens du groupe qui voudront présenter une conférence à leurs patients.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer