Proxénétisme et agressions sexuelles: Alain Leclerc demeure détenu

Alain Leclerc, 28 ans, accusé de proxénétisme et... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Alain Leclerc, 28 ans, accusé de proxénétisme et d'agressions sexuelles sur des mineures, ne pourra reprendre sa liberté durant les procédures judiciaires.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Alain Leclerc, cet homme de 28 ans qui est accusé de proxénétisme et d'agressions sexuelles sur des mineures, a échoué, mardi, dans sa tentative de reprendre sa liberté durant les procédures judiciaires.

Au terme de son enquête sur caution, le juge Jacques Lacoursière a conclu que sa détention devait être ordonnée en raison tout particulièrement de ses antécédents judiciaires et de la gravité des crimes qui lui sont reprochés.

En effet, la procureure de la Couronne, Me Catherine Roberge, a expliqué au tribunal que Leclerc s'était lancé dans la marchandisation des activités sexuelles d'une mineure âgée de 16 ans sept mois seulement après sa sortie de prison. Il était alors sur le coup d'une probation.

Les faits qui lui sont reprochés auraient été commis entre décembre 2014 et janvier 2015. Il aurait notamment offert à cette adolescente d'offrir des services sexuels dans son logement du secteur Cap-de-la-Madeleine. Il aurait d'ailleurs affiché sa photo sur Internet pour annoncer ses services. En retour, il s'octroyait une part de 30 % des bénéfices. Il aurait également agi comme proxénète avec une autre femme mais celle-ci est toutefois majeure.

Pour cela, il est accusé d'avoir bénéficié d'un avantage matériel des services sexuels d'une personne de moins de 18 ans, d'avoir amené une adolescente à offrir des services sexuels moyennant rétribution, et d'avoir sciemment fait de la publicité pour offrir des services sexuels.

Qui plus est, il aurait tenté de recruter une autre fille âgée de 15 ans afin qu'elle offre elle aussi des services sexuels, d'où le dépôt d'une autre accusation en ce sens. Enfin, Leclerc aurait tenté d'avoir des relations sexuelles avec elle en se faisant insistant et agressif malgré ses refus. Il fait d'ailleurs face à des chefs d'agression sexuelle, contacts sexuels et incitation à des contacts sexuels.

Me Roberge a fait part dans sa plaidoirie de son inquiétude quant à la probabilité marquée de récidive et de la possibilité qu'il tente de communiquer avec les victimes compte tenu de ses antécédents.

Le prévenu a en effet été condamné à une peine de prison pour avoir harcelé son ex-conjointe à plusieurs reprises. Il a brisé à quatre reprises des promesses, des engagements et des conditions de ne pas la contacter. Il a même simulé sa mort en se faisant passer pour un policier afin de l'appeler et de lui annoncer son décès. À une autre reprise, il l'a contactée pour lui demander de retirer sa plainte. C'est pourquoi elle soutient qu'il y a lieu de s'interroger sur la sécurité des victimes s'il est remis en liberté.

Pour sa part, l'avocat de Leclerc, Me Yvan Braun, a rappelé que les deux filles qui travaillaient pour lui dont la mineure avaient déjà marchandé des services sexuels dans le passé. Il a aussi indiqué que son client avait malgré tout peu d'antécédents et que le dossier de harcèlement faisait suite à une rupture amoureuse, ce qui n'est pas le cas présentement.

Comme garanties, son client s'est dit prêt à vivre chez son père et à respecter toutes les conditions qui pourraient lui être imposées. Le père était pour sa part prêt à verser une caution et à surveiller son fils.

Or, le juge a conclu que les garanties ne faisaient pas le poids par rapport à la force de la preuve. Mêmes si les femmes se prostituaient déjà, il ne s'agit pas d'un argument valable selon lui. En fait, il estime que ce n'est justement pas une raison pour les entraîner davantage dans le trouble. Il ne veut donc pas prendre le risque de le libérer.

La cause a été reportée au 9 avril.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer