Jeux du Québec: à huit ans, Alexis Forest fait tourner les têtes

À huit ans, Alexis Forest suit un parcours... (Photo: Vincent Gauthier, Le Nouvelliste)

Agrandir

À huit ans, Alexis Forest suit un parcours similaire à celui emprunté par Luc Sicard, qui participe cette année à sa quatrième Finale des Jeux du Québec.

Photo: Vincent Gauthier, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Drummondville) En 2009, à Blainville, Luc Sicard connaissait son baptême de feu des Jeux du Québec, à l'âge de huit ans. Six ans plus tard, alors qu'il s'apprête à tourner la page sur sa quatrième et dernière participation, voilà qu'un autre surdoué de huit ans en est à ses premières armes à la classique provinciale. Il n'y a pas de doutes, Alexis Forest marche dans les traces d'un mentor de qualité.

Dans la catégorie des moins de 11 ans, le jeune Forest a fait tourner plusieurs têtes en atteignant les quarts de finale face à des rivaux plus âgés que lui. Imaginez, dans deux ans, il sera classé dans la même catégorie!

Bien placé pour évaluer les deux athlètes, l'entraîneur du club Ping-O-Max Martin Marcotte voit d'ailleurs certaines ressemblances entre Sicard et Forest. Néanmoins, le pongiste de huit ans semble détenir une petite longueur d'avance sur son modèle, au même âge.

«Alexis est peut-être un peu plus fort car il a commencé en bas âge un volume d'entraînement plus élevé. À l'époque où Luc est arrivé, le club n'était pas aussi bien structuré. En fait, c'est Luc qui a parti la nouvelle génération», commente l'entraîneur, tout en vantant les qualités de Sicard en tant que modèle auprès des plus jeunes joueurs.

Même Luc Sicard abonde dans le même sens! «J'ai l'impression qu'il va être meilleur que moi! Il adore vraiment ce sport et il s'entraîne plus fort que moi je le faisais à son âge», note-t-il.

À vrai dire, Forest compte plus d'expérience que Sicard à cet âge. À ses premiers Jeux du Québec, Sicard en était à une de ses premières compétitions tandis que Forest possède déjà un bagage impressionnant. Déjà, il se retrouve parmi les deux meilleurs de son âge au Québec et perce même le top 5 au Canada.

Du haut de ses huit ans, Alexis Forest tient le «vétéran» du club Ping-O-Max en très haute estime. «C'est le meilleur au club! Je le regarde jouer pour apprendre des trucs. On pratique de temps en temps ensemble... et j'arrive à faire des points... des fois», lance-t-il, sourire en coin.

Chose certaine, si sa progression se poursuit, il y a d'excellentes chances que le jeune pongiste trifluvien goûte à des compétitions internationales dans un avenir pas si lointain, en tant que digne successeur de Sicard!

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer