Les Estacades en finale!

Cédric Desruisseaux a marqué le deuxième but des... (Olivier Croteau)

Agrandir

Cédric Desruisseaux a marqué le deuxième but des Estacades.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les Estacades de Trois-Rivières entreront en finale de la Ligue de hockey midget AAA du Québec par la grande porte. Avec une victoire de 4-3 dimanche, ils ont balayé les Riverains du Collège Charles-Lemoyne et tenteront de remporter la première Coupe Jimmy-Ferrari de leur histoire.

Avec le dos au mur, les Riverains n'avaient pas dit leur dernier mot. Ils ont offert leur meilleure performance dans la série en mettant beaucoup plus de pression sur la structure défensive trifluvienne. Alors que les trois premiers duels avaient été relativement disciplinés, l'intensité a grimpé d'un cran, tout comme les coups de bâton avant et après le sifflet.

Les Trifluviens ont donc dû se retrousser les manches lors de ce quatrième match et à l'image du reste de la série, ils ont été les premiers à s'inscrire au pointage, l'oeuvre d'Alexy Robert. Mais l'équipe de Sainte-Catherine a répliqué une fois avant la fin de la première période, puis de nouveau en début de deuxième engagement pour s'emparer de l'avance pour la première fois en quatre sorties. Des filets réussis par Frédérik Théorêt et Christopher Innis.

L'écart aurait toutefois pu être beaucoup plus important, puisque les Estacades ont écopé des cinq premières pénalités du match. D'ailleurs, les officiels ont connu un très difficile après-midi de travail, particulièrement Alexandre Normandin qui s'est transformé en acteur de premier plan du match, sous les huées des 725 personnes réunies à l'aréna Jean-Guy Talbot.

«On commençait à sentir de la frustration, mais nos entraîneurs nous ont calmés et nous ont dit de nous concentrer, souligne l'attaquant Mathieu Boissonneault. Pour les Riverains, c'était un match sans lendemain et on savait que ce serait la partie la plus dure. On se l'est dit avant le match et je pense qu'on s'en est bien sortis.»

Son coéquipier, le défenseur Benjamin Thibeault, ajoutait qu'une certaine confiance régnait sur le banc de l'équipe.

«On s'est retroussé les manches et on n'a pas paniqué. Les huit dernières parties de la saison, nous avons remonté de l'arrière, alors on savait qu'on pouvait le faire.»

Face à des Riverains beaucoup plus tenaces, le meilleur marqueur des Estacades, Cédric Desruisseaux, n'a pas eu la vie facile dimanche après-midi, mais ça ne l'a pas empêché de retourner les deux équipes à la case de départ en deuxième. Raphaël Gagnon, d'un tir de la ligne bleue, l'a imité moins de deux minutes plus tard. 

Encore pénalisés, les Estacades ont même dû se défendre à cinq contre trois durant 44 secondes en troisième période, alors que le pointage était de 4-3. La pénalité écopée par les visiteurs dans la minute suivante a chamboulé la rencontre. Alexandre Cossette, à quatre contre quatre, en a profité pour marquer ce qui allait être le but d'assurance.

«Avec 10 minutes à faire et à cinq contre trois, tu ne scores pas et eux marquent... ça nous a scié les jambes. Notre avantage numérique n'a pas fonctionné de la série. Tu ne peux pas gagner avec un jeu de puissance à 5 %», a souligné l'entraîneur-chef des Riverains, Guillaume Latendresse.

Le reste du match a été l'affaire de la défensive trifluvienne et du gardien Benjamin Lajoie, qui a fait face à 36 lancers dans la rencontre, pour un total de 184 dans la série.

Le pilote des Trifluviens, Frédéric Lavoie, ne pouvait qu'applaudir la ténacité de ses adolescents dans cette rencontre. «Ce que j'ai adoré, c'est que lorsque les Riverains ont pris l'avance 2-1, les gars qui sont embarqués ont démontré du caractère. C'est là que j'ai vu que les gars allaient travailler jusqu'à la fin. On jouait moins sur les talons aujourd'hui et plus sur le bout des pieds, autant en désavantage numérique qu'à cinq contre cinq. Les gars ont eu de grosses présences à des moments clés, ont démontré du caractère et notre gardien a fait les gros arrêts au bon moment.»

Dans le camp adverse, Latendresse estimait que ses protégés méritaient un bien meilleur sort.

«Je ne sors pas d'ici déçu. La série, on la perd en quatre, mais ça pourrait être 3-1 pour nous de la manière dont nous avons joué. Je ne pense pas qu'on méritait de perdre cette série, honnêtement. Il faut rendre crédit aux Estacades, qui ont su être opportunistes et leur gardien a fait le travail. Ç'a été une bonne série et je pense que majoritairement, on a dominé... mais c'est ça la game

Après avoir obtenu un laissez-passer en première ronde, les Estacades profiteront d'un autre congé, puisque la finale ne s'amorcera que le 31 mars. Dans l'autre série demi-finale, le Blizzard du Séminaire Saint-François détient une avance de 3-1 sur les Commandeurs de Lévis.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer