Les Estacades intraitables

En gardant les yeux rivés sur la rondelle... (François Gervais)

Agrandir

En gardant les yeux rivés sur la rondelle tout au long du match, le gardien trifluvien Benjamin Lajoie a été en mesure de bloquer 53 lancers dans la victoire des Estacades en prolongation, vendredi soir à l'aréna Jean-Guy-Talbot.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les matchs se suivent et se ressemblent pour les Estacades. Encore une fois vendredi soir, le gardien Benjamin Lajoie a été étincelant et Cédric Desruisseaux a joué les héros pour donner une deuxième victoire consécutive en prolongation aux Trifluviens. Un gain de 2-1 qui leur permet de prendre une avance de 3-0 dans la série demi-finale face aux Riverains du Collège Charles-Lemoyne.

Après deux rencontres dans la série, les Estacades n'avaient jamais tiré de l'arrière et cette séquence s'est poursuivie vendredi soir à l'aréna Jean-Guy Talbot quand Cédric Desruisseaux a profité d'un deux contre un en début de rencontre pour battre le gardien Tommy Da Silva en début de partie. Ce n'était certainement pas le scénario idéal pour les Riverains qui se heurtent depuis le début de la série à un gardien en grande forme en Lajoie.

La seule faiblesse du portier trifluvien aura été en milieu de deuxième période, quand Félix-Antoine Marcotty, qui sortait du banc de punition, a décoché un lancer frappé du haut du cercle des mises en jeu qui a trouvé le haut du filet. C'est tout. Les 53 autres tirs décochés en sa direction ont tous été stoppés, ce qui porte son nombre d'arrêts à 145 depuis le début de la série. Sa moyenne d'efficacité est maintenant de ,980 dans la série.

Lajoie a aussi eu droit à l'aide de ses coéquipiers, qui ont de nouveau fait un boulot impeccable pour garder les visiteurs loin du filet. Il faut dire qu'après avoir pris l'avance, la confiance régnait que d'un seul côté de la patinoire pour les Estacades, qui ne semblaient plus vouloir attaquer.

«On a toujours été une équipe axée sur la défensive et on protège bien notre gardien. Benjamin a d'excellentes séries et on suit le plan de match. Oui, les Riverains ont 50 tirs, mais pour nous, ce ne sont pas des tirs de qualité. Nous avons été habitués toute l'année que les lancers menaçants, on les bloquait et qu'on pouvait se défendre», a souligné le petit défenseur Raphaël Gagnon, qui avait mis ses bottes de travail vendredi.

«Les gars ne paniquent pas, même si on passe plus de temps dans notre zone. Est-ce qu'on aimerait avoir la rondelle plus souvent? Oui, mais on se défend bien. La prolongation a été notre meilleure période. J'ai dit aux gars d'aller plus vers l'avant et de moins reculer. Je pense qu'ils ont bien fait ça», a analysé le pilote Frédéric Lavoie après la victoire.

C'est finalement le capitaine Desruisseaux qui a mis un terme au duel avec un but typique des séries éliminatoires, son septième, marqué à la 11e minute de la prolongation.

«J'ai lancé au filet pour aller changer, mais quand j'ai vu que le gardien n'avait pas le contrôle de la rondelle, j'ai foncé et je l'ai poussée dedans. Je venais de vivre un jeu semblable et j'ai utilisé le défenseur comme écran.»

Dans le vestiaire adverse, l'entraîneur-chef Guillaume Latendresse cherchait encore des solutions pour venir à bout du front défensif trifluvien. Les Riverains ont obtenu six séquences en avantage numérique, contre une seule pour les locaux, mais n'ont pas été en mesure d'en profiter.

«C'est un beau duel de gardiens, mais on doit avoir plus faim autour du filet, a-t-il analysé. On vient de perdre deux matchs sur trois en prolongation. Nous avons des lancers et ce sont des opportunités. Mais c'est ça les séries et on sort d'ici la tête haute, comme après la deuxième partie. Ce que je sais, c'est que quand ça va débloquer, ça va débloquer. Depuis le début des séries, nous avons disputé quatre parties que nous ne pouvions pas perdre. Dimanche, nous allons venir ici en n'ayant plus rien à perdre.»

Les Estacades pourraient obtenir leur billet pour la finale de la Ligue midget AAA du Québec pour la première fois depuis 2009 dimanche, toujours à l'aréna Jean-Guy Talbot, où 680 personnes se sont entassées vendredi.

La rencontre s'amorcera sur le coup de 13 h 30.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer