Les Patriotes refont le coup aux Ravens

Les Patriotes ont vaincu Carleton en séries pour... (Andréanne Lemire)

Agrandir

Les Patriotes ont vaincu Carleton en séries pour la septième fois au cours des neuf dernières années. Guillaume Asselin (deuxième à partir de la gauche) a inscrit trois buts durant la fin de semaine.

Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les Ravens de Carleton vont peut-être songer à faire des pressions pour que les Patriotes soient exclus de la Ligue de l'Ontario! Pour la septième fois au cours des neuf dernières années, ce sont les Trifluviens qui ont mis fin à leur saison, en l'emportant 3-2 à Ottawa dimanche soir.

Bénéficiant de l'avantage de la glace, les Ravens avaient enlevé les honneurs du premier affrontement mercredi dernier. Les Patriotes ont alors provoqué la tenue d'un ultime duel en sauvant leur peau samedi soir au Colisée, devant près de 400 amateurs.

La confrontation finale fut à la hauteur des attentes, avec un suspense qui a duré jusqu'à la dernière seconde entre ces deux clubs qui avaient amassé le même nombre de points au classement. Guillaume Asselin a joué les héros en début de troisième en rompant une égalité de 2-2 et les Patriotes ont réussi à protéger cette avance jusqu'à la sirène confirmant leur triomphe.

«Dommage que ces deux équipes aient été obligées de s'affronter dès la première ronde. Ce sont deux clubs égaux, talent pour talent. Alors ça s'est joué sur les micro détails, vraiment. Je suis extrêmement fier de la façon dont l'équipe a trouvé une façon de rebondir, après le premier match. On a joué avec le couteau entre les dents samedi. Et ce soir (dimanche), après un début un peu difficile, on a sorti le rouleau compresseur», souriait Marc-Étienne Hubert. 

«On avait identifié deux points névralgiques, soit la présence au filet et les unités spéciales. Voilà deux aspects où nous avons eu le dessus samedi et dimanche, avec le résultat que notre saison se poursuit.»

Hubert complimentait volontiers Asselin, qui a connu un gros week-end. 

«Deux buts samedi, un autre dimanche. C'est dans ce genre de matchs que les meilleurs élèvent leur jeu d'un cran. Asselin a fait ça et il n'est pas le seul, notre gardien a bien joué et l'ensemble de nos vétérans ont fait preuve de leadership», analysait le pilote des Patriotes, qui croit que le passé a pu aider son équipe dans son ralliement du week-end. 

«Peut-être qu'on avait un petit avantage psychologique. Mais si c'est le cas, il faut dire que nous avons poussé fort pour que ça puisse créer un certain doute de l'autre côté.»

Pas question pour les Patriotes de trop célébrer ce triomphe. Ni de s'offrir quelques jours de congé. Parce que dès mercredi, ils auront rendez-vous avec les Redmen de McGill pour la deuxième étape du parcours pouvant mener au championnat canadien. 

«C'est notre cadeau pour avoir réussi à vaincre une équipe aussi solide. On a droit à une série face à une équipe encore plus talentueuse, qui a connu une meilleure saison. Les Redmen, ce sont nos ennemis jurés, je suis convaincu que ça va offrir une excellente série.»

Outre Asselin, Charles-David Beaudoin et Jérémy Ouellet-Beaudry ont aussi percé le gardien François Brassard, qui a fait face à 26 tirs cadrés. Sébastien Auger a pour sa part stoppé 31 rondelles.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer