Les Patriotes forcent un match ultime

Le banc des Patriotes s'est enflammé après le... (Andréanne Lemire)

Agrandir

Le banc des Patriotes s'est enflammé après le quatrième but, celui de Carl-Antoine Delisle.

Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Après avoir subi une défaite de 5-2 mercredi dans le premier match de la série face aux Ravens de Carleton, les Patriotes de l'UQTR se devaient de l'emporter samedi soir. Guillaume Asselin s'est assuré de pousser le duel à la limite dans une victoire de 4-2 au Colisée.

Asselin a mis le feu aux poudres dès la troisième minute de la partie en battant le gardien François Brassard. Le natif de Québec n'avait pas terminé. Six minutes plus tard, Asselin a doublé l'avance des siens, quand la rondelle a pénétré dans le filet tout juste avant que la cage de Brassard ne soit déplacée. Malgré les protestations des Ravens, le but a été accordé.

Les Trifluviens semblaient voguer vers une victoire facile, surtout à la suite de leur troisième but, un lancer de Marc-Olivier Mimar alors que les Patriotes évoluaient à plus d'un homme... et demi. En effet, sur la séquence, le bâton d'un des défenseurs des Ottaviens s'est rompu, compliquant grandement la tâche en désavantage numérique.

Malgré ce pointage, la troupe de Marty Johnston n'a pas abandonné. À vrai dire, la troisième période a été complètement dominée par les Ravens. Hayden Hulton a réduit l'écart à 3-1, et les choses se déroulaient si mal que Marc-Étienne Hubert a appelé son temps d'arrêt. Ce ne fut pas suffisant, et Brent Norris a eu le meilleur sur Sébastien Auger avec un lancer entre les jambes que le gardien aurait aimé revoir.

La table était donc mise pour une fin de match excitante, et peut-être même la prolongation. Carl-Antoine Delisle s'est toutefois assuré que ce scénario ne se concrétise pas en marquant le quatrième des siens, dans une cage déserte.

Grâce à cette victoire, les Patriotes et les Ravens se livreront un match ultime dimanche soir à Ottawa. La pression sera assurément sur les Ravens. Non seulement les Corbeaux n'ont-ils jamais vaincu les Patriotes lors d'un match ultime - fiche de 0-4 dont trois revers en multiple prolongation lors du troisième match - mais ils ne sont jamais venus à bout des Patriotes en six affrontements lors des huit dernières saisons.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer