La Découverte veut joindre la LHPS

Tous ces gens sont réunis pour la candidature... (Courtoisie)

Agrandir

Tous ces gens sont réunis pour la candidature des Broncos au sein de la Ligue de hockey préparatoire scolaire. Première rangée: Lise Robitaille, Marjolaine Arseneault, Johanne Croteau, Justin tremblay, Olivier Vouligny, Pier-Luc Montpetit, André Alie, Jean-Yves Doucet. Deuxième rangée: Gilles Carpentier, Marc-André Godbout, Julie Tourigny, Gabriel Snauweart, David Guévin et Ken St-Jacques.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Léonard-d'Aston) Après cinq ans, le programme de hockey de l'école secondaire La Découverte à Saint-Léonard-d'Aston veut faire un pas important la saison prochaine en adhérant à la Ligue préparatoire scolaire. André Alie, qui pilote le dossier avec un conseil d'administration déjà formé, s'est engagé à remettre le cahier de charge aux autorités de la LHPS d'ici au 12 décembre, afin d'obtenir le feu vert pour la saison 2017-18.

«On espère une décision positive pour janvier ou février. Ça fait longtemps qu'on travaille ce projet-là. Le haut de la pyramide est très solide. On pense que l'avenir du hockey passe par les écoles et on veut embarquer dans la parade», explique Alie. «Le concept est gagnant. Les parents n'ont plus à se courir les soirs de semaine pour les pratiques, tout se fait durant les heures de classe. Sur la rive sud et en Mauricie, la LHPS est surtout basée dans les écoles privées. On veut offrir le même encadrement à l'intérieur d'une école publique.»

Alie a prévenu le Séminaire Saint-Joseph et le Collège Marie-de-l'Incarnation de ses démarches. L'accueil n'a pas été très chaleureux. Mais ça n'arrêtera pas le projet de La Découverte, bien au contraire. 

«Ce ne sont pas toutes les familles qui ont les sous pour envoyer leurs enfants à l'école privée. On veut offrir une alternative. On nous a dit entre les branches qu'ils étaient contre notre venue au sein de la Ligue, ça nous étonne. S'ils ont la même vision que nous du développement du hockey scolaire, il me semble qu'il y a de la place pour différentes options», souligne Alie. «On voit beaucoup de nos élèves sur la rive sud traverser le pont (Laviolette), c'est sûr qu'on aimerait les garder chez nous. Ce sera mon travail de recruter les meilleurs.»

Les Broncos aimeraient s'aligner dans le M-13 et le M-15. Alie dirigerait l'une des deux équipes, et il est en discussion avec un autre homme de hockey bien connu sur la rive sud pour la seconde formation. «Nous avons la capacité d'assembler une équipe d'entraîneurs très compétente, pour maximiser le développement des jeunes. Et on pourra offrir notre encadrement pas mal au même prix que les coûts d'inscription au hockey double lettre au civil.»

Confiants que leur candidature sera retenue, les Broncos ont déjà programmé deux pratiques ainsi qu'une rencontre d'information, le 17 décembre à midi et le 14 janvier, à la même heure, au Centre Richard-Lebeau. Tous les joueurs intéressés à faire partie de ces nouvelles équipes sont invités à y participer (au coût de 20 $ la pratique). 

Le CMI n'a pas d'objection

Les craintes d'Alie au sujet de la réaction du CMI ne sont pas fondées. Le responsable hockey Denis Francoeur a expliqué au Nouvelliste que les Panthères n'allaient pas mettre des bâtons dans les roues des Broncos. 

«Il va y avoir des discussions à l'interne quand la demande officielle sera déposée mais à première vue, on ne voit pas de problème. Nous étions dans la même position qu'eux il n'y a pas si longtemps. Ce serait illogique de voter contre leur arrivée dans la LHPS», mentionne le gourou des Panthères. «Plus il y a de la compétition, plus ça offre de la flexibilité aux parents. Et plus ça oblige les programmes à se démarquer. Ce sont des règles du jeu qui nous conviennent.»

Même son de cloche du côté de son patron Réjean Lemay. «On ne bloquera jamais aucune école parce qu'elle est sur notre territoire. Quand viendra le temps de voter, on le fera sur la qualité de la candidature et rien d'autre.»

Au SSJ, le directeur des sports Charles Hébert est plus nuancé. «Nous ne sommes pas totalement contre le projet, mais il faut se demander s'il y a de la place pour cinq équipes en Mauricie et au Centre-du-Québec. Présentement, je crois que la LHPS est bien servie par les équipes actuelles», laisse-t-il tomber. «La ligue doit aussi gérer sa croissance interne. On verra quand le projet sera présenté mais pour le moment, je ne peux m'avancer sur notre position.»

La Découverte aura besoin d'un appui de 75 % des membres pour adhérer à la LHPS.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer