Hockey senior: la recette BigFoot

Le premier match de la finale de la... (Jonathan Labrie)

Agrandir

Le premier match de la finale de la LHSAM s'est déroulé vendredi soir à Saint-Léonard-d'Aston.

Jonathan Labrie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Léonard-d'Aston) Vendredi soir, lorsque le BigFoot de Saint-Léonard-d'Aston et les Maroons de Waterloo ont sauté sur la glace, ils étaient 800 partisans à se piler sur les pieds dans le Centre Richard-Lebeau. 800 personnes pour une population de 2271 habitants. Comme si 581 000 Montréalais tentaient d'assister à un match du Canadien. À Saint-Léonard, le hockey senior, c'est une grosse affaire.

Alors que des marchés beaucoup plus importants de la LHSAM peinent à attirer des spectateurs, le BigFoot est un succès, autant sur la glace qu'en dehors. L'équipe, malgré une rotation de joueurs, participe à sa quatrième finale en autant d'années.

«On entend souvent que lorsque tu joues senior, c'est que tu le fais pour l'argent. Mais à Saint-Léo, nous sommes des gars qui veulent gagner. On le voit en séries, les gars se lancent devant les rondelles. Ça attire, un club qui gagne et ç'a y est pour gros dans nos succès. Nous sommes une grosse famille», souligne Vincent Lamontagne qui a défendu la cage léonardaise lors des quatre dernières finales.

Au dépanneur, on parle du BigFoot, même chose au restaurant et à la pharmacie. On retrouve une affiche aux couleurs de l'équipe à l'entrée du village, mais aussi à Saint-Célestin, la municipalité voisine. Le BigFoot est devenu l'équipe d'une région au nord de l'autoroute 20.

«C'était tout un défi pour Saint-Léonard. Les gens qui s'étaient impliqués pour la construction de l'aréna l'ont fait pour le hockey aussi. Ce sont des gens acharnés et la population répond bien. Il y a de bonnes foules chaque match et ça vient des villages environs», lance le député Donald Martel, un régulier au Centre Richard-Lebeau, construit en 2011.

Malgré leurs succès, les foules étaient à la baisse en début de saison. Dans le hockey senior, une mauvaise campagne peut tuer une équipe. Mais la formation jouit d'un bon apport des quelques entreprises locales.

«Oui, si on se mettait à perdre tout le temps... je ne sais pas. Ailleurs, quand ça gagne, c'est le fun, mais quand ça perd, c'est une autre paire de manches. On a eu un difficile mois de novembre et on disait au monde de ne pas cesser d'espérer. Nous avons eu moins de spectateurs, mais nous avions des commanditaires pour aider», indique le président de l'équipe, Jacques Lemire.

Alie, visage de la concession

Après avoir été joueur lors des deux premières saisons de l'équipe, André Alie est devenu le troisième pilote de l'équipe après Jonathan Lessard et Sébastien Vouligny. Pour plusieurs, le Léonardais est le visage de la concession.

«C'est un leader dans la communauté. Il a enseigné l'éducation physique à presque tous les jeunes du territoire. Les gens sont attachés à l'équipe juste pour lui», raconte Lemire.

Alie, qui a joué un peu partout, même en France, rejette le succès de l'équipe sur la communauté entière.

«C'est l'histoire d'une municipalité. Les gens sont derrière nous et ça nous pousse à nous dépasser. À Sainte-Anne, il y avait 200 à 250 personnes de Saint-Léonard. Je savais qu'à Saint-Léonard, chaque fois qu'il y a un événement sportif, ça pogne. Mais là, c'est au-dessus de nos espérances, sur et hors de la glace. Je suis surpris.»

La première au BigFoot

Le premier match de la série aura nécessité la prolongation. Pourtant, les locaux semblaient se diriger vers une victoire de 5-3 après que Charles-Olivier Levasseur a marqué en avantage numérique de deux hommes en milieu de troisième période. Les Léonardais avaient échoué à leurs sept premières occasions en avantage numérique.

Mais le BigFoot a jeté cette avance à la poubelle. Avec 1:52 à faire, il a écopé d'une punition, puis Samuel Fortier a sauté de son banc pour tenter d'engager le combat. Il a dû se défendre à cinq contre trois et les Maroons en ont profité. Emeric Hudon et Maxime Dozois ont battu Lamontagne deux fois en 18 secondes pour forcer la période supplémentaire.

Jérémy Plourde est toutefois venu sauver les meubles en prolongation en déjouant le gardien Olivier Laliberté sur un deux contre un pour donner le premier match au BigFoot.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer