Les Cataractes réduits au silence

Malgré le brio de Mikhail Denisov, les Cataractes... (Le Droit)

Agrandir

Malgré le brio de Mikhail Denisov, les Cataractes ont été vaincus vendredi soir à Gatineau.

Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Gatineau) Plus les séries approchent, plus ça devient une guerre de tranchées sur les surfaces de jeu de la LHJMQ. À ce chapitre, les Olympiques de Gatineau ont montré vendredi soir à l'aréna Robert-Guertin qu'ils étaient plus aguerris que les Cataractes, blanchis 2-0 par des rivaux plus affamés.

Il y avait peu d'espace gratuit sur la glace. Les Olympiques ont roulé à trois trios, utilisant à profusion Yakov Trenin et Vitali Abramov. Ces derniers ont été beaucoup plus visibles que les gros canons shawiniganais, pourtant très dégourdis pas plus tard que mercredi dernier à Drummondville. Si les Cataractes ont réussi à se façonner quelques chances de marquer dans la première moitié du match, le Shawiniganais Mathieu Bellemare s'est fait plaisir en les repoussant. En troisième, ses coéquipiers l'ont bien protégé, concédant un seul tir au cours des 17 premières minutes de jeu.

Mikhail Denisov a, de son côté, eu besoin d'être au sommet de son art durant trois périodes pour garder son équipe dans le match. Il n'a été battu qu'une seule fois, alors que le pilote des Olympiques Éric Landry a profité du dernier changement de trio pour opposer Abramov et ses complices au quatrième trio des visiteurs. C'était la troisième fois en première qu'il tentait cette manoeuvre, qui a fini par payer, Abramov et le gros Zach MacEwen préparant le filet d'Alexandre Landreville en première.

Ce pointage de 1-0 a tenu jusqu'à la fin de la soirée. Une part du blâme revient aux officiels, qui ont visiblement jeté quelques chapitres du livre de règlements dans la filière 13 à l'approche de la grande danse du printemps. Vous n'avez pas assez des doigts de vos deux mains pour compter le nombre d'infractions évidentes qui n'ont pas été punies vendredi. Il y en a eu des deux côtés mais en toute honnêteté, ça a fini par défavoriser les Cataractes, qui couraient après les Olympiques au tableau indicateur et qui sont davantage bâtis par la vitesse et la finesse que par la hargne.

En troisième toutefois, les Cataractes ont disputé leur pire période. Claude Bouchard a tenté un paquet de nouvelles combinaisons, sans succès. Il a aussi laissé moisir Brandon Gignac au banc. Les Shawiniganais ont quand même bien failli provoquer l'égalité alors que Denisov a retraité au banc au profit d'un sixième joueur. Samuel Bucek avait en effet un but désert à sa portée lors d'une mêlée devant le filet, mais il a raté la grosse cible... par au moins cinq pieds! Quelques instants plus tard, Abramov tranchait le débat une fois pour toutes en marquant le but d'assurance dans un filet désert. «Les Olympiques ont travaillé plus fort que nous, c'est aussi simple que ça. Quand il reste 10 matchs à la saison, les clubs tombent en mode séries. Ils élèvent leur jeu d'un cran. Nos ennuis ont commencé à partir de là, nous ne l'avons pas fait. Est-ce qu'on travaille? Oui, on travaille. Mais on ne donne pas l'extra. Tant qu'on ne le fera pas, on va avoir des problèmes», racontait Bouchard, après une longue réunion avec ses joueurs. «C'est tellement facile, nous enlever la rondelle. On ne gagne pas de bagarres un contre un. Tout part de là. On a mieux fait en repli, dans notre couverture en zone défensive aussi. Mais si tu ne gagnes pas tes un contre un, tu n'as pas souvent la rondelle. Et quand tu n'as pas souvent la rondelle, c'est dur de créer bien des chances de marquer.»

Bouchard n'ira pas luncher la semaine prochaine avec les officiels en service vendredi, ni avec son vis-à-vis Éric Landry. «Il n'y a pas beaucoup de place dans la ligue où le gars à domicile envoie sa première ligne quand tu envoies ta quatrième. Lui, il l'a fait toute la soirée. C'était assez spécial. Quant à l'arbitrage, visiblement c'était plus permissif. Mais ça ne sert à rien de se lamenter. Il faut se retrousser les manches.»

Le pilote des Cataractes n'a pas non plus été tendre avec Gignac. «Faut que nos meilleurs en donnent plus. Les gars de talent doivent comprendre ça sinon, ça ne fonctionnera pas. Dans le cas précis de Gignac, il était incommodé par une petite blessure, il avait peut-être peur de l'aggraver. On ne l'a pas vu beaucoup ce soir, alors on a essayé autre chose en troisième.»

Dans l'autre vestiaire, Mathieu Bellemare savourait évidemment ce blanchissage face à l'équipe de son patelin, qui l'a échangé il y a un an et demi. «C'est mon premier de la saison, c'est sûr que ça fait plaisir! J'avais hâte que ça se termine à la fin! Les gars ont bien joué devant moi. On se prépare pour les séries et si on continue à jouer comme ça, de belles choses vont nous arriver.»

Le pilote Éric Landry relevait lui aussi l'engagement collectif. «On a joué tout un match de hockey. C'était un bon défi pour nous, affronter un champion de division. Nous avons été à la hauteur.»

Carnet de notes

En s'inclinant en prolongation jeudi à Sherbrooke, les Saguenéens de Chicoutimi ont concédé le championnat de la division Est aux Cataractes. Ces derniers sont donc assurés de terminer dans les trois premiers échelons au classement général, ce qui leur confère au minimum l'avantage de la glace pour deux rondes en séries... Les Cataractes reprennent le boulot dimanche face à l'Armada de Blainville-Boisbriand.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer