Cataractes: cinquième revers de suite

Menés par les deux mentions d'aide de Filip... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Menés par les deux mentions d'aide de Filip Chlapik, les Islanders de Charlottetown ont infligé aux Cataractes de Shawinigan une cinquième défaite de suite.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Photo: Francois Gervais14/09/16. TR, Journal. Bloc photo Felix St-Aubin
Félix St-Aubin
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Les Cataractes de Shawinigan ont augmenté à cinq leur série de revers, mercredi, au Centre Gervais Auto. Les troupiers de Claude Bouchard ont plié l'échine par une marque de 3-2 aux mains des Islanders de Charlottetown.

Quelques jours après que leur directeur général Martin Mondou eut tenu des propos pour le moins surprenants, avançant qu'il ne savait toujours pas s'il sera acheteur ou vendeur en vue de la période des transactions qui s'ouvrira sous peu, les joueurs des Cataractes ont donné l'impression que le message n'avait pas été entendu.

Les Shawiniganais, incapables de toucher la cible plus de deux fois pour une quatrième rencontre d'affilée, ont connu des ratés dans la majorité des sphères de leur jeu. Le visage de l'entraîneur-chef Bouchard laissait justement transparaître l'insatisfaction et le mécontentement lorsqu'il s'est présenté devant les médias.

«On n'a pas joué un gros match, on va être honnête, a-t-il déclaré d'emblée. On n'a pas donné le petit extra, on dirait qu'on suit le momentum de l'autre équipe et on n'impose pas le rythme offensivement.»

«Honnêtement, la performance est inacceptable. Il faut travailler plus fort que ça. Il y a des extras qu'il faut donner un petit peu partout sur la glace, des petits détails d'intensité, des batailles à un contre un, des rondelles libres, des mises en échec qu'on ne donne pas, tout comme le coup de patin supplémentaire en repli défensif comme en échec avant», a-t-il enchaîné, d'un air exaspéré.

Le premier tiers a d'ailleurs laissé les 3252 spectateurs présents sur leur appétit, les chances de marquer se dénombrant au compte-gouttes. Outre un brillant arrêt de Mikhail Denisov aux dépens de Keith Gotson, les occasions de se lever du bout de son siège ont été nulles.

Ce même Gotson a ouvert la porte aux locaux lorsqu'il a été pris en défaut pour avoir fait trébucher dans les derniers instants de l'engagement.

Une pluie de buts

L'occasion était rêvée pour les Cataractes de s'inscrire au pointage et d'amorcer la période médiane sur les chapeaux de roue grâce à un avantage numérique, mais en vain, ils ont préféré attendre que Gotson quitte le banc des punitions pour agripper les commandes.

William Gignac a effectivement profité d'un juteux retour de lancer du gardien Matthew Welsh pour décoincer le score. 

La priorité d'un filet n'a cependant tenu que quatre petites minutes, Matthew Grouchy ramenant les deux formations à la case départ. Getson et Gignac, encore lui, se sont échangés des réussites avant le milieu de la deuxième période, et tout d'un coup le match somnifère a pris des allures de festival offensif.

Cela n'a toutefois été que mirage.

Dès le lancement des hostilités, au terme du deuxième entracte, Mathieu Olivier a posé un geste qui a placé ses coéquipiers dans une position précaire.

L'attaquant des Cataractes a écopé d'une punition majeure de cinq minutes pour avoir été l'agresseur au cours d'une bagarre. Il a du coup écopé d'une extrême inconduite de partie, tout comme son homologue des Islanders Kameron Kielly, qui, dans son cas, a été réprimandé puisqu'il a été le troisième homme à se greffer à l'altercation.

«Je ne sais pas pourquoi Mathieu Olivier est allé là-dessus sur le jeu à [Antoine] Demers. Est-ce que c'était une mise en échec illégale sur Demers? C'est une bonne question. Qu'elle le soit ou non, il n'a pas d'affaire à aller là, ça c'est certain. Surtout que, dans son cas, il avait pris un cinq minutes pour une mise en échec par derrière l'autre jour», a tranché Bouchard.

Les visiteurs sont passés à un cheveu de faire payer le manque de discipline d'Olivier, mais Denisov, s'étirant de tout son long avec sa jambière gauche, a refusé de voir la rondelle franchir la ligne rouge.

Cela n'a été que partie remise pour les Islanders qui, par l'entremise de Jake Coughler, ont repris le siège du conducteur pour de bon tard en troisième période.

Une seconde bagarre a éclaté quelques instants après le troisième but de Charlottetown, cette fois-ci mettant aux prises Filip Chlapik et Charles Taillon. L'attaquant des Cataractes s'en est pris au joueur étoile des Islanders puisque celui-ci a durement mis en échec Samuel Girard.

Le défenseur vedette en avait long à dire aux officiels, qui ont répondu à ses propos par une inconduite de partie. Girard a toutefois obtenu l'indulgence de son instructeur. «Je peux comprendre qu'il y ait un peu de frustration sur le geste à Girard. Comme je disais à l'arbitre, il est à côté du jeu et il ne le voit pas», décrit Bouchard.

Les Cataractes prendront maintenant le chemin de l'Abitibi et tenteront de renouer avec le sentier de la victoire face aux Foreurs de Val-d'Or, vendredi, et aux Huskies de Rouyn-Noranda, samedi.

La commande s'annonce lourde, voire gigantesque, pour les représentants de la Mauricie étant donné que quelques-uns des soldats de Bouchard s'absenteront du voyage. Du nombre, on retrouve Olivier, suspendu, et William Gignac, en raison de ses études. Girard, de son côté, rejoindra les membres d'Équipe Canada junior samedi matin.

Bouchard a d'ores et déjà confirmé qu'Alexis D'Aoust et Cavan Fitzgerald ne reviendront pas au jeu lors du week-end. Gabriel Sylvestre, lui, demeure un cas incertain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer