Les Mooseheads et le Drakkar volent le spectacle

Benoît-Olivier Groulx, Jared McIsaac et Olivier Rodrigue ont... (Rocket Lavoie)

Agrandir

Benoît-Olivier Groulx, Jared McIsaac et Olivier Rodrigue ont été les trois premiers choix de cet encan 2016.

Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Charlottetown) Arrivés à Charlottetown avec trois choix de première ronde dans leurs bagages, les Mooseheads d'Halifax et le Drakkar de Baie-Comeau ont volé le spectacle samedi matin lors de la séance de sélection de la LHJMQ.

Détenteurs du premier choix, avec lequel ils ont enrôlé Benoît-Olivier Groulx, les Mooseheads ont ensuite transigé pour s'offrir la deuxième sélection appartenant au Drakkar, afin de mettre la main sur un produit local, Jared McIsaac. 

La facture a été salée: trois choix de première ronde, et un choix de deuxième ronde ont été nécessaires afin de convaincre Steve Ahern de laisser filer le deuxième choix. Ce pacte a mis fin à une longue partie de poker, McIsaac ayant déclaré ne pas vouloir se présenter à Baie-Comeau et Ahern criant sur tous les toits qu'il allait tout de même le repêcher s'il ne bouclait pas une transaction à son goût. 

En plus de Groulx et McIsaac, les Mooseheads ont également réclamé le gardien Alexis Gravel et l'attaquant Raphaël Lavoie au cours des deux premières rondes, des espoirs très bien cotés eux aussi. Le nouveau pilote André Tourigny était excité de développer autant de joyaux. «C'est l'une des raisons qui m'ont convaincu d'accepter le poste avec les Mooseheads. Je savais qu'ils avaient beaucoup de choix et qu'ils avaient faim. C'est une organisation qui a montré qu'elle savait comment gagner. Ce sera très intéressant de faire progresser cette jeune équipe.»

Le Drakkar ne s'estimait pas perdant au change, bien au contraire. Avec les 4e, 5e, 9e et 16e sélections de la première ronde, Ahern et son armée de recruteurs ont réclamé tour à tour Gabriel Fortier, Xavier Bouchard, Shawn Element et Édouard Saint-Laurent. «Sur notre liste, Fortier et Bouchard étaient classés deuxième et troisième, derrière Groulx. Pour nous, Bouchard était le défenseur le plus complet disponible. Ça prend plus que du talent pour prétendre à ce titre», a lancé le directeur-gérant du Drakkar, en servant ainsi un jab au récalcitrant McIsaac. «De la façon dont ce dernier a agi, il s'est mis beaucoup de pression sur les épaules. Je lui souhaite bonne chance!»

Groulx, premier de classe, salivait quant à lui à l'idée de s'aligner au sein de la même équipe que McIsaac. «Nous avons joué ensemble par le passé, nous sommes des amis. Je vais être bien entouré à Halifax», soulignait l'attaquant étoile de l'Intrépide de Gatineau, qui a appris en même temps que tout le monde qu'il héritait du titre de premier de classe.

«La dernière fois que j'avais parlé aux Mooseheads, c'était au Challenge Gatorade. J'étais donc un peu nerveux en arrivant à l'aréna. C'est une belle source de fierté de devenir le premier joueur de l'Outaouais à être sélectionné au premier rang mais dans les faits, mon rang de sélection m'importait peu. Ça fait des années que je rêve à cette journée, je voulais juste être réclamé dans une bonne organisation. Mon voeu a été exaucé, dans un marché anglophone en plus. Quand tu veux jouer professionnel, tu dois maîtriser l'anglais et je m'en vais dans un endroit qui va me permettre de m'améliorer à ce chapitre.»

Animée par les Mooseheads et le Drakkar, cette première ronde a été interminable. Plus de deux heures ont été nécessaires afin de passer à travers les 19 premières sélections. Sept des huit premiers choix ont notamment changé de main, et certains à plus d'une reprise. Heureusement, l'appétit pour les transactions a diminué sur le parquet à partir de la deuxième ronde!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer