Cataractes et Huskies refroidis par un bris

Malgré près d'une heure de travail, les employés... (Hugo Lacroix)

Agrandir

Malgré près d'une heure de travail, les employés n'ont pas été en mesure de colmater la fuite.

Hugo Lacroix

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Rouyn-Noranda) Une fissure dans le système de réfrigération a joué un vilain tour aux Cataractes et aux Huskies vendredi soir à l'aréna Iamgold. Une fausse manoeuvre d'un employé alors que la resurfaceuse venait de quitter la glace pendant le premier entracte a forcé les autorités de la LHJMQ à reporter le deuxième match de la série finale, que les Huskies menaient 2-1 après une période.

Pendant 90 minutes, les employés municipaux ont tout tenté pour régler le problème de tuyauterie, sans succès. Gilles Courteau a alors mis fin à la soirée de travail des deux équipes et renvoyé les quelque 3300 fans à la maison. Le commissaire prendra la décision à midi samedi à savoir si le deuxième match sera repris dans son intégralité à 16 h. De cette décision découlera un réaménagement de l'horaire de la série finale. Si jamais la fuite n'est pas colmatée à midi, il est acquis que la série se transportera à Shawinigan pour les matchs deux et trois dimanche et lundi. À l'inverse, si le deuxième match a lieu en Abitibi-Témiscamingue samedi, la rencontre prévue pour dimanche au Centre Gervais Auto devrait être reportée à lundi.

«Heureusement que nous avons amorcé la finale quelques jours plus tôt. On doit faire face à beaucoup de logistique en ce moment. Souhaitons que la glace soit dans un bon état demain pour être en mesure de disputer le deuxième match ici», a expliqué Courteau.

Ce bris va entraîner des coûts importants pour l'organisation des Huskies. Les Cataractes avaient nolisé un avion qui devait partir une heure après la conclusion du match vendredi soir. Les Huskies avaient aussi nolisé un avion pour voler samedi matin. Les Cataractes ont dû reprendre des chambres d'hôtel pour se loger vendredi soir. Ajoutez les repas, les salaires des employés, certains fans à rembourser et la facture va atteindre sans doute la dizaine de milliers de dollars.

Sur la glace aussi, les Huskies sont perdants au change. Ils avaient réussi à se forger une avance de 2-1 en première, même si les Cataractes avaient dominé 17-9. Peter Abbandonato et A.J. Greer ont battu Philippe Cadorette sur des tirs que le gardien des Shawiniganais aurait pu stopper. Anthony Beauvillier s'était chargé du filet pour les visiteurs, surprenant Chase Marchand d'un tir sur réception après une belle passe d'Alexis D'Aoust.

En point de presse après le report de la rencontre, Gilles Courteau a annoncé que les compteurs seraient remis à zéro et que la partie reprendrait du début, samedi. Toutefois, en fin de soirée, la Ligue a annoncé que la partie pourrait être reprise à 2-1 après 20 minutes si la rencontre peut être disputée à Rouyn-Noranda, samedi. Cependant, le circuit ne savait pas, au moment de mettre sous presse, quel serait le scénario adopté si le match devait être déménagé à Shawinigan, dimanche.

Une quarantaine de partisans ont fait la route... (Frédéric Beaulieu) - image 2.0

Agrandir

Une quarantaine de partisans ont fait la route pour assister au match... et resteront une journée de plus!

Frédéric Beaulieu

Le Fan Club reste

Ce scénario a fait suer la quarantaine de partisans des Cataractes, venus par autobus assister au match de vendredi. L'autobus nolisé par le Fan Club devait rentrer en Mauricie dès la conclusion du match. «Personne ne contrôle une situation comme celle-là. C'est plate pour nous, mais pour les autres partisans aussi. C'est dommage, la première période avait été excitante», soulignait le président André Lafrenière, qui jonglait avec l'idée de proposer à son groupe de réserver quelques chambres pour rester jusqu'à samedi. Finalement, ces partisans ont dormi à Rouyn-Noranda sur le bras des Cataractes! «On leur a trouvé des chambres d'hôtel. Ils ont fait tellement de route pour venir nous encourager, on ne pouvait pas les laisser repartir comme ça! C'était naturel pour nous de les garder ici, en espérant qu'on va jouer le deuxième match samedi», faisait valoir le directeur-gérant Martin Mondou.

Aux trousses d'Alain Richard

Cavan Fitzgerald et Samuel Girard sont aux trousses d'Alain Richard, détenteur du record de la concession shawiniganaise pour le plus grand nombre de points par un défenseur au cours d'un printemps. Richard avait engrangé 21 points lors des éliminatoires en 1982. Fitzgerald en revendique 20, un de plus que Samuel Girard.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer