Une finale Cataractes - Huskies

La finale de la LHJMQ mettra aux prises... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

La finale de la LHJMQ mettra aux prises les Cataractes et les Huskies, deux équipes qui n'ont jamais remporté la Coupe du Président.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Claude Bouchard a assisté via son ordinateur à la spectaculaire remontée orchestrée par les Huskies de Rouyn-Noranda à Moncton dimanche après-midi.

Les Wildcats avaient pris les devants 3-0 devant leurs fans, et tout indiquait qu'ils forceraient la tenue d'un septième match. Les Huskies ont toutefois fait virer complètement le vent de côté et ils ont éliminé leurs coriaces rivaux en méritant une victoire de 5-4.

«Ça prouve qu'un match de hockey junior n'est jamais terminé tant qu'il reste du temps au cadran. Quand la chaîne débarque, elle peut débarquer solide!», faisait valoir Claude Bouchard.

Les champions de la saison régulière ont donc rejoint les Cataractes en grande finale de la LHJMQ. Deux concessions qui sont à la recherche d'une première conquête de la Coupe du Président, et qui ont rendez-vous à partir de mercredi pour faire un maître.

Outre le précieux trophée, une place au prochain tournoi de la Coupe Memorial à Red Deer à la fin du mois est aussi à l'enjeu. «Nous sommes évidemment les négligés. Les Huskies dominent depuis le tout début de la saison, et ils l'ont finie en force», rappelle Bouchard.

«Le défi sera plus grand que ce qu'on a vécu jusqu'à maintenant. Il y a le talent, c'est sûr. Mais c'est plus que ça: nous n'avons pas rencontré encore une équipe aussi bien structurée. C'est une équipe qui travaille très fort à l'intérieur de son système.»

Ce dernier refuse toutefois de jouer à fond la carte du négligé. La pression n'est pas plus forte dans le camp des Huskies que dans celui de ses hommes, martèle-t-il.

«Il reste deux clubs en vie sur 18. Rendu là, tout le monde veut gagner à tout prix. On affronte une excellente équipe, bien balancée. Mais notre équipe est solide elle aussi! On n'a pas de complexe, il faut continuer à miser sur nos forces, notamment notre vitesse. Avant le début des séries, tout le monde s'entendait que les Huskies soient en finale. Il n'y avait toutefois pas de consensus sur leurs rivaux. Si c'est nous qui sommes là, c'est parce que nous avons fait de belles choses.»

Bouchard souligne au passage que les Huskies ont été placés dans l'eau chaude face aux Wildcats en demi-finale, signe qu'ils ne sont pas invincibles. «Aucune équipe n'est invincible. Je me souviens en 2001, quand j'ai gagné la Coupe avec les Foreurs, on a battu les Cataractes en demi-finale. Cette équipe avait tout raflé en saison et elle avait fini avec une quinzaine de points de plus que nous au classement. On n'avait pas été capables de battre les Cataractes en saison. Disons que ce fut bien différent au printemps. Le hockey, ça se règle sur la glace, pas sur papier!»

«Pour les joueurs, c'est le meilleur scénario»

Les Cataractes auront eu droit à cinq jours de repos avant le début de la finale, contre trois pour les Huskies. Le pilote des Shawiniganais n'y voit pas d'avantage pour sa troupe, mais il a déjà hâte que la rondelle tombe au centre de la glace. 

«Quand tu attends une semaine, c'est plus dur de garder vivantes les émotions de la ronde précédente. Là, après deux jours de congé, les gars reviennent demain et il faut déjà passer aux choses sérieuses. Pour les entraîneurs, ça nous bouscule un peu mais pour les joueurs, c'est le meilleur scénario», analyse Bouchard, qui tient par contre à pratiquer au moins une fois sur la glace des Huskies avant de lancer sa troupe pour la guerre. 

«La patinoire des Huskies est plus petite, il y a certains ajustements tactiques à apporter. On est en train d'aménager notre horaire de façon à pouvoir passer à travers ça en étant sur la glace.»

Carnet de notes

Il manquera un col bleu de luxe dans l'alignement des Cataractes pour le premier match. Expulsé vendredi après une mise en échec dangereuse distribuée à Joe Veleno, Samuel Blier a vu le préfet de discipline ajouter un match de suspension à son calvaire. 

Remarquez, les Huskies pourraient peut-être de leur côté être privés de Timo Meier, expulsé du match de dimanche face aux Wildcats. Si Blier est très utile à Claude Bouchard pour des missions défensives, Meier est l'une des pierres angulaires de l'attaque de Gilles Bouchard... 

Les billets pour les matchs 3 et 4 de la finale, qui seront disputés à Shawinigan, seront mis en vente à 9 h lundi matin... Quatre des cinq meilleurs marqueurs depuis le début des séries seront en action en finale. Le meneur est Anthony Beauvillier, avec 26 points... 

Chez les gardiens, Chase Marchand est dans une classe à part avec une moyenne de buts accordés à 1,15 et un pourcentage d'efficacité à ,955. Philippe Cadorette, lui, affiche une moyenne de 2,65 et une efficacité de ,913.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer