Les Cataractes en finale!

Avec deux buts et trois passes, Anthony Beauvillier... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Avec deux buts et trois passes, Anthony Beauvillier (91) a allumé le feu pour les Cataractes face aux Sea Dogs.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Les Cataractes n'avaient pas l'intention de gaspiller des cartouches. Ils ont saisi leur première chance d'expédier les Sea Dogs en vacances vendredi soir en méritant un gain spectaculaire de 6-3 devant plus de 5000 personnes au Centre Gervais Auto.

Les partisans shawiniganais sont gâtés. C'était la troisième fois en autant d'essais depuis le début du printemps que les Cataractes parvenaient à passer le K.-O. à leurs ennemis à la première occasion, dans un amphithéâtre en délire sur l'avenue Jacques-Plante.

C'est une brillante prestation collective, menée par le capitaine Anthony Beauvillier, qui a propulsé les Cataractes en finale après seulement cinq petits matchs dans cette série demi-finale. Beauvillier a marqué deux buts, en plus de se faire complice de trois autres filets, campant le rôle de principal bourreau de Marc-Antoine Turcotte, chassé des rangs juniors au milieu de la soirée.

Danny Flynn avait été audacieux en revenant pour ce match crucial avec son vétéran de 20 ans, canardé au cours des trois premiers matchs de la série. Il a rapidement perdu son pari. Dès le premier lancer du match, Alex Pawelczyk a procuré une avance de 1-0 aux locaux. Le ton était donné, et les Sea Dogs n'ont jamais réussi à s'extirper du rétroviseur des Shawiniganais par la suite. Beauvillier a doublé l'avance des siens peu de temps après, lors d'un jeu de puissance, les Cataractes rentrant au vestiaire en avance 2-0.

Matt Murphy a bien redonné espoir aux visiteurs en touchant la cible en début de deuxième pendant une attaque massive, mais Beauvillier s'est assuré que les réjouissances soient de courte durée! Moins d'une minute plus tard, le capitaine des Cataractes volait la rondelle à un défenseur, avant de battre Turcotte d'une seule main pour offrir à nouveau une priorité de deux buts à son club. Ce fut la fin pour Turcotte, remplacé par Alex Bishop. Ce dernier a gardé son équipe en vie pendant un moment: il s'est interposé devant Dmytro Timashov, puis Pascal Aquin. Il a même eu le dessus sur Beauvillier en lancer de punition. Mais au volume, les Cataractes ont fini par le percer, grâce à une manoeuvre magique de Brandon Gignac qui a endormi six Sea Dogs d'un coup avec sa vitesse et ses mains, avant de faire cadeau du disque à Dennis Yan, qui n'a pas raté le filet désert devant lui.

La frousse en troisième

Avec une priorité de trois buts après 40 minutes, les Cataractes ont joué avec le feu en troisième. Les Sea Dogs sont revenus avec deux buts pour donner la frousse aux fans, mais Beauvillier et Pawelczyk ont ensuite uni leurs efforts à la fin d'une pénalité majeure imposée à Samuel Blier pour tuer cette tentative de remontée. En fin de match, Dmytro Timashov a concrétisé la victoire en marquant le dernier filet dans une cage abandonnée.

Cette victoire était la 50e de Philippe Cadorette en séries, nouveau recordman dans l'histoire de la LHJMQ chez les gardiens. «Je suis content. Mais ce que je vise, c'est quatre victoires de plus!», lançait le portier de 20 ans, pendant que ses coéquipiers fêtaient dans le vestiaire. «C'est correct d'être contents, c'est rare d'aller en finale dans cette ligue! On peut être fier et célébrer ce soir. Faudra toutefois être concentré quand nous reviendrons ici. La prochaine série sera la plus dure à gagner. Je le sais, je n'ai jamais réussi à aller la chercher et cette fois, je veux que l'histoire soit différente.»

Vedette individuelle du match, Anthony Beauvillier ne voulait rien savoir des projecteurs. «On a gagné cette série en équipe. C'est un méchant beau feeling. Il n'y a pas beaucoup de gens qui nous voyaient en finale, on peut être fier de notre parcours. C'est dur de trouver les bons mots en ce moment pour décrire ce que je ressens.» 

Son pilote, Claude Bouchard, l'encensait volontiers. «Il montre l'exemple depuis mon arrivée, comme je lui avais demandé à notre premier meeting. Il était nerveux au début des séries, je lui ai dit de s'amuser et de me laisser la pression. C'est tout un joueur. Et un excellent leader à 18 ans. Normalement, les équipes championnes ont des capitaines de 19 ou 20 ans. Le nôtre a 18 ans, et il est entouré par un jeune noyau. Chapeau à toute notre équipe, elle a vécu de l'adversité tôt en séries et ça nous a bien servis», racontait le pilote, qui avoue avoir reniflé une petite odeur de tempête en troisième quand les Sea Dogs ont ramené l'écart à un but. «Mais j'ai aimé notre façon de réagir. On n'a jamais paniqué. Notre équipe a encore montré qu'elle avait du caractère.»

Dans l'autre camp, Danny Flynn ne voulait pas blâmer son gardien. «Il a 20 ans, mais il avait très peu d'expérience en séries. Il a été fantastique durant toute l'année pour nous. La ligne est mince entre la victoire et la défaite à ce stade-ci de l'année. Nous formions une équipe jeune, et nous avions moins de profondeur que les Cataractes, qui ont fait beaucoup d'acquisitions aux Fêtes. Ils ont très bien joué.»

«Faut leur donner beaucoup de crédit, les Cataractes ont été très opportunistes tout au long de la série. On n'a jamais lâché par contre, je n'ai jamais joué avec une équipe qui a autant de coeur. On a poussé jusqu'à la fin», soulignait pour sa part Thomas Chabot.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer