Une bombe à retardement

Anthony Beauvillier a été totalement blanchi de la... (Olivier Croteau)

Agrandir

Anthony Beauvillier a été totalement blanchi de la feuille de pointage lors de quatre des sept matchs printaniers des siens, contre Sherbrooke (sur la photo) et Charlottetown.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Charlottetown) Il y a une bombe à retardement dans la série Cataractes-Islanders, qui se transporte à Charlottetown lundi soir et qui s'y installera pour la prochaine semaine. Elle porte le numéro 91, du maillot le plus vieux de la LHJMQ.

Auteur de 40 buts en 47 sorties cette saison, Anthony Beauvillier n'a inscrit que deux filets depuis le début des séries, les deux au cours du match numéro trois de la série face au Phoenix.

Le capitaine des Cataractes a été totalement blanchi de la feuille de pointage lors de quatre des sept matchs printaniers, un rendement bien inférieur à ses propres standards établis depuis qu'il est en âge de lacer lui-même ses patins.

Sa feuille de route face aux Islanders est encore plus timide, puisqu'il est débarqué à l'Île-du-Prince-Édouard sans aucun point à sa fiche et un différentiel de -3.

Si Daniel Sprong et Samuel Blais ont fait la différence vendredi pour permettre aux Islanders de créer l'égalité 1-1 dans cette série quatre de sept, Beauvillier tarde à se manifester. Mais ce n'est qu'une question de temps, selon Claude Bouchard.

«Peut-être que statistiquement, les meilleurs joueurs de l'autre côté paraissent mieux en ce moment. Mais sur la glace, je ne déteste pas ce que je vois de Beauvillier», a indiqué le pilote des Cataractes au terme du deuxième match de la série. «Les chances sont là, non? Il vient peut-être de disputer son meilleur match des séries, il était plus dans l'enclave qu'à l'habitude. C'est sûr que ça va finir par payer. Je ne suis pas inquiet», a tranché Bouchard.

Mieux répartir l'offensive?... À lire sur le blogue de Steve Turcotte

Vrai que le choix de première ronde des Islanders de New York joue avec autorité, même s'il ne parvient pas à finir ses jeux. Jeudi, il a touché deux fois le poteau. Vendredi, il avait Mason McDonald à sa merci en début de match, mais ce dernier a tout de même réalisé un arrêt miraculeux après un plongeon désespéré. 

«Peut-être que je garde la rondelle une seconde de trop. Je dois simplement revenir à la base, me fier à mon instinct. Les chances sont là, c'est signe qu'on fait de bonnes choses. Il reste à en profiter», témoigne l'athlète de 18 ans, qui ne semble pas du tout démoralisé par le fait que les Islanders ont subtilisé l'avantage de la glace aux Cataractes ce week-end. 

«C'est maintenant un trois de cinq. Personne ne croyait que cette série serait facile. On est dans la même position que dans la série face au Phoenix, avant d'arriver à Sherbrooke. Il faut continuer à pousser.»

En fin de match vendredi, alors que les dernières secondes s'étaient évaporées, Beauvillier s'est fait attaquer par Filip Rydstrom, une charge qui aurait pu le blesser. Rydstrom a été pénalisé pour quatre minutes et il est chanceux d'avoir évité une suspension, puisque Beauvillier n'avait pas la rondelle au moment où il s'est dirigé vers lui pour le rudoyer. 

Après le match, le meneur shawiniganais ne lançait pas la pierre à Rydstrom, bien au contraire. «Si j'avais été dans la même position que lui, au même moment, et que Sprong ou Blais étaient devant moi, possiblement que j'aurais fait la même chose. Ça fait partie du jeu en séries. C'est la guerre sur la glace en ce moment.»

Rydstrom - le patineur le plus dynamique de son clan depuis le début de la série - n'a peut-être pas été suspendu, mais il deviendra probablement, malgré lui, le déclic dont Beauvillier avait besoin pour exploser!

Chose certaine, le réveil de Beauvillier semble lié actuellement au sort de l'avantage numérique. Le jeu de puissance de Bouchard et Steve Larouche, le meilleur du plateau en saison, est beaucoup moins éclatant depuis le début des séries. Et face aux Islanders, il est encore à la recherche d'une première réussite. Au moins, le désavantage numérique s'est stabilisé en deuxième ronde, après avoir été malmené face au Phoenix.

Il sera intéressant de voir si les deux équipes seront en mesure d'apporter des ajustements bénéfiques à temps pour le match numéro trois, qui s'amorcera à 18 h (heure du Québec) lundi. Dans une série aussi serrée, ça peut faire la différence entre des vacances forcées, ou un laissez-passer pour le carré d'as...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer